larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|La FCBE ou le choix d'une opposition de faïence

Publié par La revue2analck sur 25 Juillet 2016, 08:28am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|La FCBE ou le choix d'une opposition de faïence

Une opposition constructive. Autant que je me souvienne c'est le Prd sous le deuxième mandat de Yayi Boni,  qui s'est entiché de l'expression,  se l'est approprié pour s'en servir comme un leitmotiv afin de justifier les séquences d'alliance et de mésalliance avec le pouvoir ; en même temps qu'il se revendiquait de l'opposition dans laquelle l'Un s'était inscrite envers le pouvoir de la refondation.

 

La situation un brin cocasse, prenait parfois des allures ahurissantes, et c'est rien de le dire,  surtout  pour l'opinion  beninoise qui ne comprenait pas comment  un jour le leader charismatique du Prd pouvait s'afficher tout souriant avec  YayiBoni au sortir d'un entretien au palais de la Marina ;  pour le jour d'après,  poing levé et manche relevée se montrer au premier rang d'une manifestation de l'opposition contre le pouvoir d'alors.

 

C'est le "BLAWE BLAGBO", un pied dedans, un pied dehors. Magistrale stratégie d'equilibrisme dont le Prd s'est longtemps joué dans le but inavoué de  se faire rembourser ses jetons de campagne, sur lesquels le pouvoir de la refondation comptait pour fissurer le bloc de l'opposition.

 

5ans ont passé et depuis la méthode semble avoir fait des émules.

 

La manoeuvre éculée de l'inaction ; pompeusement enrobée d'une hypothétique notion d'opposition constructive, semble avoir trouvé preneur chez les FCBE, au détour du conclave de GrandPopo.

 

Ce que ne dit pas la FCBE, c'est que cette posture de flibustier patenté est  la seule qui s'offre à elle,  pour espérer un tant soit peu et dans la mesure du possible ; conserver l'adhesion de son électorat,  tout en faisant semblant _ j'ai bien dit faire semblant _ de jouer à une opposition  pas assez conséquente pour proposer une alternative à la ligne politique du pouvoir de la rupture.

 

La chose pourtant demeure possible,  "box to box"  "compartiment contre compartiment " "département ministériel contre département ministériel "; il aurait fallu apporter une correction de fond à  ce qui,  dix ans durant à été proposé aux beninois,  et qui à la fin les a lassé.

 

C'est maintenant,  là , qu'il aurait fallu s'attaquer à la structure de fond, autour de laquelle devra s'articuler leur prochain programme.  Mais pour y arriver ils sont obligés de tirer un trait sur l'espoir de pouvoir gratter une parcelle des responsabilités,  qu'ils espèrent  avidement du  nouveau pouvoir, ou que celui-ci  pourrait leur accorder, et au nom de laquelle ils se doivent de rester dans les rangs.

 

C'est la véritable erreur de la FCBE,  à vouloir coûte que coûte en être,  à  vouloir toujours continuer à croquer un bout du pouvoir, elle  en vient à  oublier de travailler à une véritable opposition constructive, celle qui contribuera à renforcer l'émulation d'un pouvoir, celui de la rupture,  qui donne les signes de vouloir exceller.

 

À force de rester dans les rangs aux fins de ne pas  _ pour certains d'entre eux _ devoir répondre de leur gestion, gomme toute forme de velléités à proposer [ou tout au moins travailler à proposer] une autre alternative que celle que nous offre le pouvoir de la rupture.

 

Le drame de la FCBE c'est d'avoir déjà abdiqué avant même d'avoir essayé.

 

 

Al Tricky !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’