larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Patrice TALON et la rupture face à la réalité du pouvoir !

Publié par La revue2analck sur 23 Juin 2016, 11:40am

Catégories : #Les mots 2 @LNACK

|Patrice TALON et la rupture face à la réalité du pouvoir !

Je l’ai toujours soutenu avec une certaine conviction sans vraiment _ en son temps _ pouvoir le certifier ou l’attester de manière efficiente ; que l’accession à la présidence béninoise ; n’était pas pour le président TALON, un but, mais un moyen.

 

Un moyen de parvenir à quoi ? Un moyen de rétablir quoi ? Un moyen de restaurer quoi ? Sur la voie devant me mener à l’éclairage de mes interrogations ; je ne saurai vraiment m’y aventurer sans une sortie de route certaine.

 

Aussi me suis –je imposé une règle dont je ne maitrisais pas vraiment les méandres, d’autant plus qu’elle me demandait de me faire fort, en plus de mes observations et investigations ; du travail encore plus pointilleux et plus minutieux d’autres structures certainement plus avisées que moi de par les moyens dont elles disposent ou encore de la large latitude qui sont les leurs ; quant à la révélation de ce qui va ou ne va pas dans nos pays.

 

Mais toujours en m’imposant un impératif capital, c’est que la manipulation n’est jamais loin ; et à ce titre, je me dois de montrer le plus vigilant possible ; pour éviter à mes dépends, d’en faire les frais.

 

Je ne suis pas un pro-TALON des premières heures ; mes écrits sont là pour l’attester, il suffit pour cela de se balader sur le blog larevue2analck, pour s’en convaincre. Mais pour autant une fois élu, je n’ai pas jugé bon de me fourvoyer dans un pathétique entêtement, contre le choix opéré par le vote des populations béninoises.

 

Et même si ; la large coalition, approuvée ou critiquée _ c’est selon _ qui l’a portée à la présidence, au soir du 20 mars 2016, et qui par son ahurissant hétéroclisme, des profils qu’elle entremêlait s’y prêtait à plus d’un titre ; je me suis confondu volontiers dans l’émoi général suscité par son élection.

 

Parce que le parcours de cet homme est exceptionnel et digne d’un héros de DUMAS.

 

Mais le pouvoir reste rarement indifférent à la nature de ceux qui prennent possession de lui. Le pouvoir à ce saint malheur de les révéler, bien plus qu’ils ne le souhaitent ; et pas forcément dans ce qu’ils ont de meilleur à prouver. C’est ainsi, nul n’y échappe ; c’est une loi vieille comme la terre, qu’il nous faut de cette évidence, accepter de porter à l’échafaud _ d’essayer en tout cas _ ceux que nous avons il y a peu encore, porté aux nues.

 

C’est en tout cas ce que je me suis imposé lors de la création de ce blog, dire ce qui se fait de bon comme de mauvais dans le pays béninois. Et tant pis si chemin faisant, je dois supporter de me voir parfois taxer de girouette.

 

A bien y regarder c’est même réconfortant, car en réalité la ligne éditoriale de larevue2analck ; c’est justement qu’il n’y a pas de ligne éditoriale. Je peux, avec quelques-uns des rares contributeurs de ce blog avoir des affinités ; à titre personnel ; avec tel ou tel homme politique ; mais jamais au point d’annihiler notre faculté d’analyse; pas plus que de faire montre d’un manichéisme béat ; qu’il nous aurait été, pour le coup, impossible à assumer.

Alors que tous ceux qui ont pu se lâcher dans quelques mails se rassurent larevue2analck  ne court pas à la fontaine de quelque pouvoir que ce soit.

 

Il y a de bonnes choses et même de très bonnes choses qui ont été initiées par le pouvoir de la rupture. Nous en avons fait échos dans les colonnes de notre blog ; mais il y a également des choses moins bonnes qui se font et que nous nous devons de dénoncer.

C’est ainsi et pas autrement, même s’il faut remercier en passant le président TALON qui jusqu’ici semble avoir vraiment lâché la bride à la liberté de la presse ; fut-il au prix de devoir supporter de voir son action critiquée.

 

Critiqué ? Le pouvoir de la rupture le mériterait à plus d’un titre, par certaines de ces actions qui ne sont pas forcément marqués du sceau de la transparence ; alors  même qu’en démocratie, la transparence demeure un label de qualité, quoi qu’en pense le ministre des finances.

 

L’obstination qui semble être le parti pris du pouvoir; à orienter les réformes constitutionnelles, dans un certain sens, peut ne pas être la meilleure des positions ; justement parce que ces modifications engagent plus que la seule volonté d’un seul homme, fut-il le président de la république. D’ailleurs YayiBoni en son temps l’aura appris à ses dépens. Et certaines idées mêmes appréciables et fortes à propos, peuvent mettre du temps, avant de faire l’unanimité au sein de l’opinion. La sagesse le cas échéant ; à défaut de faire montre de la patience parfois nécessaire ; serait de s’en remettre ; à la faveur d’un référendum ; à la volonté du peuple.

 

L’insolente sérénité, voire l’arrogance affichée ou non, que l’on peut se permettre de prôner à la tête d’une entreprise, parce que l’on contrôle tous les actionnaires; et que l’on a une parfaite maitrise, en termes de vision, de l’empreinte managériale et entrepreneuriale, qu’on entend donner à cette entreprise ; est loin d’être la panacée de la gestion d’un Etat ; parce qu’à ces deux niveaux le pouvoir n’est plus le même. Les paramètres du pouvoir d’état relèvent presque du mystique, tant les forces qui peuvent entrer en ligne de compte, sont-elles imprévisibles.

 

Il y a un élément peut être insignifiant, mais dont il m’est difficile de me départir dans l’appréciation de ce qui se passe aujourd’hui dans le pays béninois.

 

C’est que le pouvoir de la rupture, n’a même pas pu bénéficier des 100JOURS dont la plupart des néo pouvoirs, bénéficient dès leur  investiture.

 

C’est la preuve, comme l’a si bien soutenu Francis LALEYE dans l’émission 3D animé par Célestin MARA sur l’ORTB ; ’’d’une certaine maturité de l’opinion’’ ; mais indubitablement d’une disgrâce dans la pratique du pouvoir telle qu’elle est menée par ’’les rupturiens ’’ ; non seulement dans la communication désorganisée voire concurrentielle, qui en est faite ; mais également dans l’opacité _ à certains égards _ dans laquelle cette pratique s’opère.

|Patrice TALON et la rupture face à la réalité du pouvoir !

Cela est d’autant plus troublant, que dans le même temps et ce serait inopportun et indécent de ne pas l’admettre ; des mesures appréciables sont en train d’être mises en œuvre ; le ministre d’état en charge du plan et du développement ; vient récemment d’en énumérer et d’expliquer un certain nombre, le tout visant ;soit à contenir, le vaste déficit laissé par la précédente gestion ; ou de faire face aux charges salariales d’une fonction publique ; dont certains services sous l’influence de puissants syndicats commencent par  se sentir des velléités grévistes.

 

Tout cela ne reflète plus la lune de miel qui au lendemain des présidentielles ; caractérisait les rapports entre le gouvernement de la rupture et le pays béninois.

 

Il semblerait  bien que les relations aient tournées court ; sans même qu’on puisse affirmer que le pouvoir ait démérité ou perdu la main.

 

Mais point d’inquiétude, c’est le reflet normal du cours des relations entre les populations et le pouvoir qui les dirige ; des hauts et des bas ; des ruptures et des réconciliations ; plus ou moins courtes ou longues ; mais jamais définitives.

 

C’est le propre même du pouvoir politique ; à la fois imprévisible et difficile à contenir sans qu’il ne déborde ou ne s’échappe quelque peu, des bordures où on voudrait le maintenir.  

 

 

@LNACK !

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’