larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Bénin : Sur le 3ème conseil des ministres du nouveau départ.

Publié par La revue2analck sur 7 Mai 2016, 19:52pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Bénin : Sur le 3ème conseil des ministres du nouveau départ.

Dans un précédent post, je mettais en cause la lenteur du gouvernement du nouveau départ, à mettre en branle, sa mécanique pour enrayer la crise de l’électricité dont près de 56% de béninois pâtirait, depuis un certain temps.

 

Ceci d’autant plus que personne n’ignore l’impact de ce ’’fléau social’’ sur la relance du tissu économique béninois.

 

Dans sa bonne et saine réaction, sans avoir la prétention d’en avoir été à l’origine ; le 3Eme conseil des ministres, aura dans une certaine mesure, répondu à mon interrogation.

 

Pas moins de 5,2 milliards FCFA selon le compte rendu du dit conseil des ministres, auraient été décaissés ; en vue de répondre à la crise énergétique.

 

Le Bénin ayant pour objectif ; selon une source proche du pouvoir ; de porter à 352MVH d’ici fin 2018 ; sa capacité de production énergétique.

 

L’intention est bonne et salutaire ; mais il reste d’en apprécier les effets sur le terrain, pour enfin ; sur l’une de ses principales promesses ; juger du  potentiel de ce gouvernement dont les béninois _ et ils sont loin d’avoir tort _ attendent beaucoup.

 

Etant bien entendu ; que le plus important sera surtout de migrer de la position de pénurie actuelle, marquée par de fréquents délestages ; vers une situation d’autonomie énergétique ; qui à terme, reste le seul objectif viable, pour n’importe quel pays désireux d’affirmer ; d’avoir résolument pris en main son destin.

 

 

 

Je n’ai pas manqué non plus de remarquer d’autres intentions positives issues du dernier conseil des ministres en date, et qui portent sur l’ensemble des mesures engagées, pour redynamiser et moderniser l’administration publique béninoise.

 

A ce propos, qu’il me soit permis de marquer mon scepticisme quant à la fusion entre la Direction des Ressources Humaines et celle des Ressources financières et du matériel.

 

J’ai peur en effet qu’une trop grande concentration des process, propre à l’une et l’autre des directions à gérer ; ne viennent, contrairement à l’intention initiale, entraver la performance recherchée.

 

Aussi j’estime que l’idéal aurait été de  les maintenir  séparer sur ce qui les caractérise ; pour les rassembler dans le cadre d’un tronc commun.

 

Cela pourrait paraître purement théorique voire  ’’blablateuse’’ ; mais croyez-moi ; il n’en est rien et la chose est très sérieuse pour oser une telle imposture.

 

J’ai pu participer à l’implantation d’un SIRH [Système d’Information des Ressources Humaines], pour savoir de quoi il est question.

 

Il est vrai aussi que ma passion personnelle pour les ressources humaines, et mon suivi de toutes les nouvelles tendances du secteur ; me font penser qu’avec une digitalisation des ressources humaines ; il serait fort possible, et bien plus stratégique ; de rendre nos structures plus  performantes, par l’évacuation de la chaîne de fonctionnement, de tous les étapes où elle a tendance à s’enrayer systématiquement.

 

Après il y a le choix du logiciel et surtout sa capacité à s’adapter et s’inscrire sur le long terme ; sans parler bien entendu, de la volonté politique à pouvoir réaliser cet exploit.

 

J’insiste sur la chose parce que cela contribue à une perception positive de la manière dont un pays peut être géré.

 

Aujourd’hui sur le Rwanda ; on peut tout dire de négatif sur le plan strictement politique ; mais il n’empêche que de l’avis de toutes les structures mondiales qui en sont les garants ; ce pays reste l’un des mieux gérés au monde.

 

On pourrait ou non le reconnaître ; mais la digitalisation de sa fonction publique n’en est pas pour rien.

 

Même en France avec François HOLLANDE on a pu parler  et initier ’’la simplification des procédures’’ pour rendre la fonction publique plus accessible et forcément plus performante.

 

En soi la démarche qu’entreprend le gouvernement du nouveau départ est très positive ; je ne fais que suggérer toutes les palettes, sur lesquelles, cette démarche pourrait se développer, pour une meilleure fonction publique au service des béninois.

 

Pour le reste et de toute évidence ; ce qui demeurera incontestablement « The décision » de ce troisième conseil des ministres ; sera la nomination  des membres de la commission des réformes politiques; suivie dans la foulée de son installation officielle par  le président Patrice TALON.

 

 

 

Al Tricky !

 

 

 

 

Les membres de la commission des réformes politiques et institutionnelles

Les membres de la commission des réformes politiques et institutionnelles

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’