larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


Ça n’est pas comme si je défendais Lionel ZINSOU.

Publié par La revue2analck sur 8 Février 2016, 11:27am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

Ça n’est pas comme si je défendais Lionel ZINSOU.

Le sentiment pour certains béninois, de se faire déposséder de cette étape  majeure qu'est la présidentielle; avec pour prolongement possible de voir surgir au sommet de l'état béninois, un supposé suppôt de l'ancienne puissance coloniale, coopté par la gouvernance contestée et contestable de YAYI BONI ; prend une envergure telle qu'on pourrait facilement ; si on n'y prend garde ; nourrir une aversion imméritée à l'égard de la personne même de Lionel ZINSOU.

 

Personnellement je n'y succomberait pas, parce que je reste convaincu que le problème est bien loin de là où l'on voudrait le situer.

 

J'ai été comme bien de béninois affligé par la mise à l'écart à peine révérencieuse de l'actionnaire béninois, ou sa réduction à une portion moindre, dans la réalisation du projet boucle ferroviaire. Mais pour cela je crois que Mr DOSSOU ; et il l'a prouvé d'ailleurs en obtenant la suspension judiciaire du projet ; est mieux que quiconque à même de se défendre, s'il estime avoir été ; de quelque manière lésée.

 

Mais vouloir coûte que coûte lier ; ainsi que cela fuite dans les médias béninois et sur certains plateaux télé ; le sort de ce projet, à un enjeux  politique et économique ; dont Lionel ZINSOU par son hypothétique élection ; pourrait en être le garant ; me semble assez limité intellectuellement et surtout donner la preuve de l'ignorance du caractère systémique avec laquelle toutes les questions du genre doivent être abordées.

 

Je suis prêt à parier n'importe quoi avec n'importe quel observateur de la vie politique béninoise, que n'importe lequel des prétendants actuels à la Marina ; serait à même de faire pareil et même pire, sur le même dossier de la boucle ferroviaire, pour peu,  qu'il puisse trouver son compte et supposément celui du peuple béninois, dans la manière dont la proposition lui sera ficelée.

 

PARCE QU'IL S'AGIT DE POLITIQUE; où malheureusement s'entremêlent en plus des histoires de gros sous. C'est de là que vient le problème et non de YAYI BONI, de ZINSOU ou de n'importe quel autre président à venir.

 

Ç'en est pathétique; de manquer autant de lucidité, pour un peuple dont on ne cesse de chanter la maturité politique et qui dramatiquement et fatalement n'a toujours pas conscience de sa capacité immesurable à  demeurer maître incontesté et incontestable de son sort.

 

Pour peu qu'il veuille bien, le jour du scrutin, aller massivement à travers son vote; décider de l'option sociétale de son choix et surtout avec qui il compte le mettre en œuvre.

 

Il est vrai que je ne minimise pas les manœuvres politiciennes et frauduleuses de toute nature et de diverses origines, visant à spolier le choix légitime des populations ; et nous savons tous de quoi nous parlons ; mais incontestablement ; dussé-je, les en convaincre, les populations demeurent maîtresses de leur destin.

 

Je ne jetterai pas non plus aux orties, la problématique liée à la notable incapacité des partis politiques, à pouvoir véritablement se revendiquer d'électeurs fiables, pleinement conscients de leur envergure politique.

 

Si l'électeur béninois au lieu de s'en convaincre lui-même, préfère s'adonner à cette pratique malheureuse plébiscitée ; par TYAF dans son opus ''OUNFO DJANTCHIMIN'' ; ce sera tout aussi douloureux de le dire que de l'admettre ; mais il ne devra s'en prendre qu'à lui-même ; car ça n'est certainement pas anodin, lorsque l'adage stipule que les peuples héritent des chefs qu'ils méritent.

 

 

 

Al TRICKY

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’