larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Il va falloir arrêter de s’en prendre à Lionel ZINSOU au nom de YAYI BONI.

Publié par La revue2analck sur 3 Janvier 2016, 22:25pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Il va falloir arrêter de s’en prendre à Lionel ZINSOU au nom de YAYI BONI.

Soyons sérieux ; je trouve un peu fort de café de mettre à l’index ; comme un paria, Lionel ZINSOU, du simple fait qu’il ait accepté de devenir le dernier 1er ministre de a refondation; de lui reprocher d’avoir accepté le poste dans les conditions que nous savons ; et de le rendre comptable avant l’heure, de toutes les abominations qu’on reproche au pouvoir de la refondation.

 

 

Et croyez-moi ça n’est nullement prendre la défense de Lionel ZINSOU que de le penser ; d’abord parce que je ne pense pas que son équipe soit en manque d’arguments à ce propos, même si je la trouve un peu moins réactive  par rapport à la situation ; mais à chacun sa stratégie ; ensuite parce que je ne doute pas un seul instant, une fois qu’il aurait pris le pouvoir ; si toutefois il avait les faveurs du scrutin ; Lionel ZINSOU se constituera ses propres cadavres que cette fois-çi, personne n’aura de scrupules à lui reprocher ; car le pouvoir est ainsi fait ; il ne laisse personne prendre possession de lui, sans en retour la marquer de son sceau indélébile. Il ne s’agit donc que de patience ; d’une patience dont il va falloir se faire fort d’avoir ; pour ne pas tomber dans cette infâme calomnie qui voudrait qu’on fasse feu de tout bois et à tout va ; sur un candidat dont tout le monde sait très bien qu’on ne saurait en toute conscience et en toute bonne foi, lui faire endosser en 10mois, le fardeau de 10ans de gabegies, de mal gouvernance et de prodigalités de toutes sortes ; que dans un élan de sincérité, le refondateur lui-même, a dû reconnaitre lors de son dernier discours à la nation.

 

La course aux promesses à laquelle s’adonneront les candidats ; est le propre de toute période de campagne et n’engagent _ n’en doutons jamais _ que ceux qui y croient.

 

Maintenant restons pratique ! Lionel ZINSOU à beau et par devers lui, se faire traiter de tous les noms et être pris pour tout ce qu’il a semblé bon, pour ses détracteurs de le prendre ; il ne reste pas moins, que le seul choix porté sur sa personne ; fut-il par YAYI BONI soi-même ; ne suffira pas pour le faire élire de facto président de la république.

 

Il faudra forcément en passer par les élections. Et pour autant que je sache ; si toutefois nous avons ainsi que cela se dit et se redit ; rompu avec certaines malheureuses habitudes ; il y aura toujours la possibilité pour les électeurs de faire acte de leur position en sanctionnant ou non ce qui devra l’être.

 

Je crois sincèrement et c’est mon analyse ; que lorsqu’une campagne se cristallise sur la personne des candidats, c’est le meilleur moyen pour ces derniers de se passer de se pencher sur l’essentiel ; à savoir le projet de société et surtout ce qu’ils comptent faire concrètement ; pour changer et améliorer les conditions de vie quotidienne des béninois.

 

Car en définitive c’est bien de cela qu’il s’agira ; entre autres sujets non moins importants bien-sûr ; mais au final ; c’est pour magnifier dans la mesure du possible, le quotidien des électeurs béninois ; qui au bout de 10 ans de YAYISME n’ont de cesse de se plaindre de tous ces maux ; pour lesquels on ne peut que les plaindre.

 

Mais au lieu de s’y pencher pour de bon, à moins de deux mois des consultations, nous en sommes toujours à des stratégies d’écuries ; à des attaques personnelles : mais pendant ce temps ; zéro, rien, nada ; nienté sur les arguments et l’essentiel des projets de société.

 

Passons encore sur les stratégies d’écuries ; qui d’une certaine façon font corps avec le reste ; mais que dire du fait que jusque-là ; la plus importante force de l’opposition, n’ait toujours pas choisi son candidat ; ou que c’est seulement aujourd'hui que Sébastien ADJAVON _ que tous les observateurs voient comme un des principaux challengers de cette présidentielle _ vient seulement d’officialiser sa participation ; alors même que Patrice TALON, que les mêmes observateurs donnaient pour un candidat de poids qui a changé toute la donne prévisionnelle de cette présidentielle de par son poids financier ; pourrait se désister.

Je précise tout de même que je suis bien au conditionnel –là ; et que rien ne saurait être pris pour tel, tant que les uns et les autres n’auraient pas officiellement validé ce qui se dit sur eux.

 

Mais même dans cette ultime hypothèse avouez que tout cela paraît fortement déjanté.

 

Tenez par exemple la RB et le PRD ; deux principaux partis politiques historiques de la scène politique béninoise ; à défaut d’avoir choisi un candidat propre, vont certainement jouer les faiseurs de roi en adhérant au candidat; qu’ils jugeront politiquement ’’bénéfiques’’  pour leurs intérêts. De fait ils ne manquent plus d’imagination pour se faire intéressants aux yeux des possibles prétendants, le but étant de ne pas se louper dans le choix qu’ils auront à faire ; entre les candidats qui seront enfin retenus par la cour constitutionnelle ; comme aptes à s’engager _ eh oui ! Il reste encore cette phase _ ; et les regroupements stratégiques qui s’annoncent aussi bien du côté de l’opposition que dans le camp du pouvoir ; en vue de rafler la mise présidentielle si possible dès le premier tour.

 

Du coup le PRD et la RB n’ont de cesse de trouver tous les artifices nécessaires pour pouvoir disposer de tous les paramètres adéquats ; afin de faire le meilleur choix.

 

Pendant ce temps ce sont leurs militants qui trépignent d’impatience ; ne sachant plus où donner de la tête entre la consigne officielle du parti qui prend son temps à venir et les choix qu’à leur niveau ils jugent logique ; et qui au final pourrait faire que leur parti ne soit pas ; le moment venu, à la mesure des ambitions dont il se targuait auprès des présidentiables.

 

Pour le moment ; avec la carte ADJAVON qui vient d’être abattue, il ne reste plus qu’à savoir de quoi retourne la stratégie de l’UN pour ces présidentielles ; ainsi la boucle serait enfin bouclée ; à moins que d’autres outsiders à l’image et de la trempe de ZULKIF SALAMI ne viennent contredire la donne.

 

D’ici-là ; n’en doutons point ; les jeux restent toujours ouverts.

 

Al Tricky !             

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’