larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Pour ABT ; au nom d’un scrutin franc et sincère !

Publié par La revue2analck sur 11 Décembre 2015, 13:36pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Pour ABT ; au nom d’un scrutin franc et sincère !

Je ne nommerai pas ce post « Pourquoi il faudra élire ABT en Février 2016 » car je croulerai sous des tonnes de réactions qui ne seront pas forcément à l’avantage de mon propos ; et ça c’est dans le meilleur des cas, car en réalité c’est à peine si je ne manquerai pas un lynchage médiatique.

 

Mais pensez-vous que cela m’empêcherai de franchir la ligne jaune ?

 

Pas vraiment ; mais à défaut je poserai une prémisse reposant sur une idée très simple : ABT sera dans le tiercé qui sortira du scrutin présidentiel de Février prochain.

 

Et c’est rien de le dire car il aura été l’un de ceux qui auront travaillé comme une fourmi ; avec une minutie incomparable ; au plus près des populations, dans la recherche des solutions visant à améliorer leur condition de vie au quotidien.

 

Et je ne parle pas des déplacements qui ont été médiatiquement couverts ; mais de ceux, nombreux ; qu’il a réalisés dans la simplicité qui le caractérise et qui le rapproche souvent de ceux à qui il voue son sacerdoce politique.

 

Le tort d'Abdoulaye Bio-TCHANE _ si tant est que cela en est un _  c’est d’être  exceptionnel par son parcours professionnel _ on ne le dit pas assez _ remarquable et courageux par ces choix politiques et maladivement anti-magouille. Il ne manquerait plus qu'au soir du prochain scrutin présidentiel; je revienne à cette chronique; pour y rajouter: " Le tort d'Abdoulaye Bio-TCHANE; c'est d'avoir été un natif du Nord " 

 

Abdoulaye Bio-Tchané ne voudra jamais utiliser les mêmes armes illégales et peu recommandables que certains de ses adversaires _ y compris les plus illustres _ ne se gêneront pas à utiliser, pour espérer arriver à leurs fins.

 

Abdoulaye Bio-Tchané s’évitera le discours populiste et mensonger qui plaît tant aux populations, mais qui reste désespérément sans suite ; dès que ceux qui les ont faites sont élus. A un tel discours il préfèrera toujours celui de la vérité qui l’a porté très tôt, à avertir ses militants que les réformes auxquelles devra se confronter le pays béninois, pour espérer remonter la pente de la croissance ; seront rudes.  

 

Il a largement depuis 2011, au travers de ses conférences itinérantes, donné un aperçu des grandes thématiques qui caractérisent son programme pour un Bénin triomphant. A travers les villes du Bénin, où ses assemblées se sont tenues, il a soumis à débat les grandes questions _ parfois d’actualité _ auquel le pays béninois était confronté ; ainsi que la vision que son parti et lui en ont.

 

Auprès des béninois de l’étranger ; il n’aura pas non plus été de reste ; plus que quiconque ; en Afrique ou ailleurs il les a toujours rencontré ; pour échanger avec eux sur leurs problèmes, mais aussi sur son projet pour le Bénin. 

 

S’il est une chose qu’il m’est indéniable de reconnaître ; c’est bien le fait que l’ancien patron de la division Afrique du FMI, a politiquement mûri et logiquement prêt à affronter les enjeux auxquels le prédispose, la fonction à laquelle il se destine.

 

Il a eu le temps d’étoffer sa personnalité de tous les attributs certains et nécessaires à la fonction ; et cette place à laquelle il se trouve n’est plus le fruit d’un hasard ; mais bien celui d’un travail acharné et d’une abnégation de tous les temps.

 

C’est pour cela que je trouve dommage qu’il puisse éventuellement pâtir de paramètres qui n’auront objectivement rien à voir, avec l’enjeu pour lequel il mène son combat.

 

Dussé-je le ressasser au point d’en faire une ritournelle symphonique ; il ne s’agit pas en février 2016, d’élire un candidat qui « surgira ; agira et disparaîtra », car au Bénin nous ne sommes pas dans le monde des Ninjas. Tout comme il ne s’agira pas, comme ça n’arrête plus de se susurrer dans tous les milieux avertis béninois ; d’élire coûte que coûte un ressortissant du sud.

 

Penser ainsi c’est faire le choix d’entrée ; de renoncer à la liberté de conscience qui doit être prépondérant chez n’importe quel électeur, lors de l’expression de son vote.

 

Agir ainsi c’est prendre le risque de continuer exactement sur la même voie que celle qu’on a toujours reproché au pouvoir de la refondation ; celle du régionalisme et de la division au sein d’une même nation.

 

Peu importe qu’il soit natif du sud ou du nord du pays béninois, le prochain président béninois doit tirer sa légitimité EXCLUSIVEMENT du caractère limpide et sans reproche de son élection.

 

Si jamais pour quelque raison que ce soit ; un autre paramètre anticonstitutionnel dans le texte ; mais largement toléré et diffusé dans les esprits ; venait à présider à ce scrutin ; alors nous aurons sonné le glas de notre unité nationale.

 

 

Al Tricky !

  

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’