larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Présidentielles 2016 au Bénin : ça s’éclaircit dans le rang des candidats

Publié par La revue2analck sur 7 Décembre 2015, 09:08am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Présidentielles 2016 au Bénin : ça s’éclaircit dans le rang des candidats

A part la réticence inexpliquée de Sébastien ADJAVON _ du moins jusqu’à présent _ qui n’arrête plus d’être sollicitée, sans jamais qu’il n’officialise sa candidature à la présidentielle ; et la douloureuse qui a dû parcourir tout le colon du Général GBIAN, à l’annonce du soutien de l’Alliance Soleil à Patrice TALON ; on peut dire que les choses commencent par se préciser dans le rang des candidats qui se préparent à la course au palais de la marina.

 

Pour le premier sa réticence finira par laisser penser que Sébastien ADJAVON attend toujours l’élément décideur, qui devra lui apporter la motivation ultime, pour se lancer.

 

Sauf que par expérience, cet élément qu’il semble espérer avant de se décider à se lancer dans la bagarre, peut également se révéler, l’élément qui pourrait le faire renoncer à s’y engager.

 

En gros tout laisse croire que Mr ADJAVON attend la certitude d’une promesse ferme pour renoncer ou alors, le quitus d’un soutien formel pour s’y engager. Rien de vraiment inventif c’est vrai ; mais sincèrement je ne vois pas une alternative autre que l’une et l’autre de celles que je viens d’explorer.

 

Quant au Général GBIAN, il semblerait qu’il s’y est cru un peu trop vite ; du moins au regard de l’expression de sa presque protestation, dès l’officialisation de la nouvelle par l’He SACCA LAFIA, président de la dite Alliance.

 

En fait il semblerait que pendant que le Général GBIAN se voyait en leader charismatique, tout désigné de l’Alliance Soleil ; cette dernière ne voyait en lui qu’un chef de circonstance, à qui elle a laissé croire, ce qu’il voulait bien penser ; en se réservant le droit le moment venu, dès la parution de ’’l’élu’’ ; de se passer de lui.

 

Rien de bien surprenant dans ce monde imprévisible de la politique où la plus grande incertitude en l’avenir, pourrait se révéler la seule certitude, dont il est possible de jurer.

 

Pour le reste, il faudra qu’on le veuille ou non saluer la maestria avec laquelle le refondateur a fait passer la candidature de Lionel ZINSOU à sa majorité. On pourra par ailleurs le critiquer, pour tout ce qu’on voudra, mais il ne reste pas moins que le mérité de cet ’’exploit’’ lui revient, surtout quand on sait la réelle hostilité qui entourait la candidature de l’ancien patron de PAI Partners, au sein de la FCBE ; au point même d’amener ce dernier à menacer ; qu’il ne souhaiterait pas devenir le candidat de la division en cas de dissension au sein de la coalition politique censée le soutenir ; où justement son arrivée, tel un cheveu sur la soupe, ne fait pas que lui créer des amitiés.

 

Mais il finira par ’’emporter l’adhésion de tous’’, au point même de se passer de la fameuse primaire que l’on brandissait pour lui corser le chemin de la candidature.

 

Sitôt confirmé il ira se faire adouber par l’ancien président Nicéphore SOGLO ; dont Rosine la femme, il n’y a pas très longtemps ; en plein hémicycle l’aurait brocardé sur son métissage, pour le coup assimilé au blanc qui ne saurait diriger, un pays de noirs comme le Bénin. Mais l’ancien président SOGLO saura trouver les mots adéquats pour faire taire cette polémique naissante en estimant que son possible successeur  au palais de la marina, avait ’’ les atouts qu’il faut, pour diriger ’’. Mais c’était sans compter avec le fils LVS qui serait à l’initiative d’un véritable front politique ; qui viserait à maintenir la chose politique dans le seul bastion de ceux qui en ont toujours faits leur métier.

 

Pour un seul parti et pour une même famille biologique de ce parti qu’est la RB ; voilà le chemin ’’balisé’’ (sic) pour Lionel ZINSOU, qui en plus de ce quitus de l’ancien président, qu’on ne saurait négliger, dans la ligne politique que voudra adopter la RB de son fils Léhady Vinangnon SOGLO, pour les présidentielles de 2016, où tout comme le PRD de Me Adrien HOUNGBEDJI ; ils  ne pourraient, à défaut de pouvoir jouer les premiers rôles ; que se contenter de celui de faiseurs de rois.

 

Mais l’opération de com, est loin d’être anodine quand on sait le soutien de la RB, dont le pouvoir finissant de Yayi BONI, n’a que rarement manqué durant ses deux mandats, et qui d’une certaine façon ne peut que  discréditer la RB, auprès des membres de l’opposition réelle de l’Union fait la Nation ; ou tout au moins les rendre méfiant à l’égard d’un possible volte –face de la RB, qui en est un coutumier ; à chaque fois que la perspective d’un os à ronger, s’est dessiné du côté du pouvoir.

 

Et pour parler de l’UN dont toute la classe politique béninoise se languit d’attendre la désignation du candidat officiel pour les prochaines présidentielles, il y a bien quelque chose qui frise le malaise ; dans cette difficulté qui est la sienne ; de choisir son poulain ; pour février 2016.

 

Les choses apparemment semblent pourtant simples, de par le nombre limité de candidats à la candidature.

 

A priori le choix devrait se faire entre Emmanuel GOLOU et Eric HOUNDETE ; rien de bien cornélien à première vue ; mais qui à force de mettre du temps à se décider ; donne franchement l’impression que le problème serait ailleurs, et porterait sur peut-être ; je dis bien peut-être _ mais personne n’est dupe _ sur un agrégat de conditions indicibles et invisibles ; dont la plus importante force de l’opposition béninoise ; ne veut pas s’affranchir ou n’en a pas les moyens.

 

La dernière trouvaille inventée par le Pdt AMOUSSOU, pour gagner encore du temps serait l’hypothétique formation d’une force politique d’envergure, pour opérer le raz-de-marée, visant à porter un probable candidat, tout aussi hypothétique _ même si on en a une petite idée _ vers son destin présidentiel.

 

Un véritable ramassis de mélasse politicienne ; aux relents de l’accord de Wologuèdè ; dont les pochettes surprises du renard de Djakotomey et d’autres, regorgent ?   L’histoire nous le dira !

 

En attendant Patrice TALON, et j’en suis certain ; qui ne serait pas étranger à l’équation irrésolue qui semble se poser à l’Union fait la Nation ; continue d’accumuler les adhésions ; au risque parfois de semer la zizanie dans la direction des partis ou alliances politiques qui en font les frais.

 

Reste pour conclure mon propos ; les cas de l’Alliance pour un Bénin Triomphant, et celui de la Nouvelle Conscience, dont les présidents n’ont jamais vacillé quant à leur objectif final.

 

Pour ABT il ne fait aucun doute qu’il doit regretter de ne s’être pas lancé dans la bagarre dès 2006. En tout cas certains de ses « afficionados », ne manquent pas, à l’occasion, de s’en ouvrir à ce sujet. Mais pour l’ancien patron de la division Afrique du FMI, point de temps à perdre dans d’hypothétiques projets passés ; seul compte le combat d’aujourd’hui, celui pour lequel il s’est voué depuis 2011 et qu’il compte gagner en 2016, même si les pronostics politico-régionalistes  _ en dépit du capital électoral dont il dispose au sein des populations _ ne le donnent pas à priori gagnant.

 

Je dis bien à priori, car même si je ne veux pas ignorer l’impact de ces élucubrations politico-régionalistes ; qui prédisent que le prochain président devrait être du Sud; le facteur tout aussi surprenant qu’imprévisible d’une élection, fait que je me garde, de pencher franchement d’un côté ou d’un autre ; pour garder une petite marge de rebondissement, au cas où ce qui paraissait si évident ; ne surviendrait pas.

 

Pour Pascal Iréné KOUPAKI ; je crois, pour ce qui me concerne que la messe est dite, depuis l’annonce de la candidature de Patrice TALON et pire ; celle de Lionel ZINSOU, qui au regard, de l’espace électoral, qu’il était en droit d’espérer ; se voit sérieusement rétréci et que même le soutien de son épouse, venue le conforter dans son aventure, ne saurait rétablir.

 

A moins _ et je le précise toujours _ que ne vienne jouer, ce facteur imprévisible qui par son expression, pourrait changer le cours d’un scrutin, ainsi que le destin d’un homme et par là même, celui de toute une nation.

 

 

Al Tricky !

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’