larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Bénin : la présidentielle ; YAYI BONI, FCBE and Co …

Publié par La revue2analck sur 2 Novembre 2015, 15:25pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Bénin : la présidentielle ; YAYI BONI, FCBE and Co …

Même en supposant que je procède par l’absurde dans ma logique analytique, il y a tout de même, un point qui me laisse toujours perplexe, dans la manière de fonctionner du refondateur.

 

Cela tient certainement d’une logique dont il semble jusqu’à présent ; être le seul à pouvoir éluder les critiques qu’elle suscite.

 

Une logique dont on connaît certaines prémisses ; qui tiennent avant tout à l’élimination de tous ceux qui par leur candidature à la présidentielle de 2016, pourraient contrarier la conclusion de cette logique si précieuse aux yeux du refondateur, pour qu’il accepte de prendre le risque, de se mettre à dos, bien de ses comparses et affidés des premières heures du changement ; à celles _ les dernières _  de la refondation qui s’égrènent.

 

En tout cas le camp des déçus et des irrésolus de cette manœuvre ne cesse pas de s’agrandir.

 

Hier c’était le club de ses conseillers privilégiés _ Alexandre Hountondji  en tête _ qui s’en plaignait ; puis ce fut le cercle des proches voire de la famille qui en fera les frais ; à l’image de Marcel de SOUZA , qui mettra du temps à se faire à l’idée que son présidentiel beau- frère ne veuille plus de lui, au point de préférer les ’’ combattants de la dernière heure ’’ ; désignant par ce fait, la jeune garde  de la majorité présidentielle ; dont le refondateur se serait entiché ces derniers temps.

 

Sauf qu’aux dernières heures il semblerait que même cette jeune garde dont le chef de fil Mr double K  ne se sentait plus ; tellement il se voyait déjà sur un nuage. Eh bien ! Même cette jeune garde ne serait plus dans les petits papiers du refondateur.

 

Comme quoi, plus que jamais il ne saurait être mieux admis en politique, que rien n’est jamais vraiment acquis !

 

La mini révolution provoquée par jEAN MICHEL ABIMBOLA, lors du congrès de son parti, a certes posé les bonnes questions et pointé les travers les plus saillants de ce qu’on pourrait reprocher à la majorité présidentielle ; mais en finissant par rentrer dans les rangs ; comme tout bon soldat reconnaissant à la main qui le nourrit ; elle n’aurait en rien _ du moins c’est ce que je crois _ contribuée à l’éventuelle ébranlement du refondateur dans sa position ; qui ; à mon avis ; tel un joueur d’échec, n’a jamais perdu de vue ; guettant jusqu’à la dernière minute le moment et l’instant précis, où il finira par positionner ce fameux pion sur l’échiquier politique béninois, dans la perspective de la présidentielle de 2016.

 

Il ne peut en être autrement ; l’énergie qu’il met à paver le chemin de l’illustre élu de ses manigances politiciennes ; se suffit à elle-même ; pour comprendre qu’il a bien une stratégie et un candidat bien à l’affût. Et le refondateur à beau rebattu et mélanger les cartes, aux fins de troubler toutes perspectives et modus anticipatives, quant à sa manœuvre ; il lui faudra bien à un moment où un autre baisser sa carte maîtresse.

 

C’est le jeu, nul n’y échappe et ne saurait y échapper. Pas plus le refondateur que tous les autres qui s’y sont déjà souscrits.

 

Mais en faisant le choix de ne point ménager ceux qui pourraient ; de par leur connaissance ou supposée connaissance des cadavres cachés dans les placards du changement et de la refondation _ à l’image par exemple de l’He Chabi Sika, qui n’arrête plus de frétiller de nervosité ; à l’idée de tâter le degré d’ignorance et d’indifférence, que lui témoigne celui dont il se targuait d’être le bouclier défenseur dans l’opinion _ le refondateur en rien, ne contribuerait à consolider l’assise de celui pour lequel il se serait tant battu ; tant sué ; pour imposer.

 

Cela relève pourtant d’une logique, assez simple pour éviter d’échapper à la déduction de n’importe qui ; que la rancœur et l’aversion suscitées  par les multiples déceptions, des uns et des autres ; ne pourraient que se cristalliser sur celui à qui ils doivent tous ; leur mise à l’écart du cercle restreint des privilégiés.

 

Mais peut-être que la logique d’un président en fin de règne, répond à une structuration qui n’est pas à la portée de cerveaux fétides et sclérosés, dont comme bien d’autres béninois et citoyens du monde ; je me fais fort de soumettre à une constante réflexion, pour en éviter la dégénérescence.

 

A l’instar de cette logique, dont j’ai fait mon propos; il ne resterait plus que la solution du chaos ou de ’’ l’après moi le déluge ’’ ; qui parmi toute autre solution, serait la pire qui soit ; qui à l’échéance ; si  elle venait à être choisie par le refondateur ; ne pourrait que lui nier et lui faire perdre, la moindre honorabilité qu’il rêverait ou envisagerait de tirer de ces dix années, qu’il aurait passé à diriger le pays béninois.

 

Al Tricky !

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’