larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Présidentielles 2016 au Bénin : messes basses manœuvres et tractations

Publié par La revue2analck sur 20 Octobre 2015, 23:50pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Présidentielles 2016 au Bénin : messes basses manœuvres et tractations

En politique elles sont naturellement de mises ; encore plus dans la perspective des échéances qui se préparent pour 2016.

 

Aucune personnalité politique ; aucune écurie politique, aucun regroupement politique n’y échappe ; car ce sont ces basses messes, manœuvres et tractations, qui définissent et caractérisent la politique et qui font les politiques.

 

Sans elles la politique en serait réduite à cette chose morne et insipide. Et c’est pour cela que même si elles sont souvent décriées, les messes basses ; manœuvres et tractations ; règnent plus que jamais sur le monde politique.

 

A ce titre, le Bénin, pas plus qu’ailleurs n’échappe à la règle.

 

Aussi parcourent-elles les méandres de la vie politique béninoise de ces derniers mois, au point de faire apparaître la politique comme un gigantesque monde d’affairisme.

 

Mais surtout ne pas s’y méprendre, il n’en est rien, du moins sur le fond ; même si sur la forme, par laquelle il faut en passer avant d’en arriver au fond, on pourrait facilement penser que du sort qui serait le leur ; les populations béninoises ; sont loin d’avoir la moindre idée d’où et avec qui il se décide.  

 

Tenez par exemple ; il se dit partout qu’à défaut d’avoir l’adhésion de l’ancien président du parlement, pour sa candidature à la présidentielle de 2016; Patrice TALON_ encore lui _ aurait ou serait en passe de débaucher directement, deux députés au sein des FDU qui rassemblent Mathurin NAGO et Me AHOLOU KEKE.

 

Le même après un rapide détour par la résidence du défunt président Kérékou, pour dire ses condoléances à la famille éplorée ; se serait rendu ; avec épouse et homme de main, à Adja Ouérè, le fief de Sefou FAGBOHOUN.

 

Etrange destination n’est-ce-pas ? Pourquoi avoir ignoré tous les autres principaux membres de l’UN qui pour la plupart se trouvent à Cotonou et ses alentours ; pour aller   rendre visite à Séfou FAGBOHOUN ?

 

A bien y regarder pourtant il y aurait beaucoup à dire sur la difficulté relationnelle tacite qui se serait installée entre les deux hommes d’affaires ; par l’entremise de Yayi Boni ; dont le principal pourvoyeur de fonds, n’était nul autre que  Patrice TALON.

 

Souvenons-nous aussi qu’avant l’arrivée de Yayi Boni ; c’était Séfou FAGBOHOUN qui tenait le même rôle auprès du Président Kérékou, avec tous les intérêts et avantages voire scandales {SONACOP}; que cela supposait et qu’en son temps _ reconnaissons-le _ nous avons eu à décrier. 

 

Sauf qu’en 2006 à l’arrivée de Yayi Boni avec TALON dans ses valises, il a fallu faire de la place pour que ce dernier  puisse aussi se faire une place sur la table du festin.

 

Sans aucune certitude d’une éventuelle cause à effet; il s’avèrera tout de même que c’est dès lors que la traversée du désert commencera pour le financier des campagnes de la période démocrate de Mathieu Kérékou.

 

Dépossession, persécution et arrestation s’en suivront pour Séfou FAGBOHOUN qui au final ne devra son salut, qu’à la faveur d’une immunité parlementaire, que lui confèrera son élection ; derrière les barreaux de sa prison ou de son lit d’hospitalisation; en tant que député de la république.

 

Mais ce qu’on oublie de préciser ; c’est que pendant l’homme d’Adja Ouérè affrontait ses tracasseries qui vont durer près d’un an; son business et ses affaires étaient en souffrance ; on imagine bien aujourd’hui, qui en a pu tirer profit, puisqu’au Bénin tout finit par se savoir, surtout lorsque les alliances se défont.

 

Edifiant en effet, quand on sait jusqu’où il a fallu remonter pour trouver un début d’explication à une rencontre  _ pas si simple ni anodine que ça _ entre deux acteurs de la vie politique béninoise ; à quelques mois  d’une présidentielle, qui est loin d’avoir livré tous ses secrets.

 

Secrets disais-je ? Mais en réalité  des secrets déjà éventés et à bien des égards, et connus de tous les initiés.

 

Cette rencontre d’Adja Ouérè n’est pas sans rappeler dans une certaine mesure, celle qui unira dans un repas largement orchestré et diffusé sur le net ; les familles SOGLO et HOUNGBEDJI.

 

Personne n’ignore aujourd’hui que cette rencontre était une étape obligée pour le président du PRD, d’accéder à sa désignation comme candidat unique de l’UN, pour les présidentielles de 2011. Une manière de faire oublier les vieilles rancunes qui remontaient au deuxième tour des élections de 1996, où le patron des ’’tchoco tchoco’’    préfèrera apporter son soutien au Grand K ; au détriment et au grand désarroi des SOGLO.

 

Il n’est pas exclu, je vous le dis, que cette rencontre entre TALON et FAGBOHOUN, s’inscrive dans une perspective similaire.

 

Cette tendance à effacer toutes éventuelles récriminations et différends possibles est souvent la première phase qui annonce le travail de rassemblement, que Patrice TALON, on le sait, s’est assigné, dans la perspective de la prochaine présidentielle. Qu’ont les hommes d’affaire que sont FAGBOHOUN et TALON, à se faire pardonner ?  

 

Y  arriveront-ils ?

 

L’histoire _ je n’en doute point _ nous en dira plus un jour.

 

Mais en attendant il ne reste pas moins que l’introduction du magnat du coton dans la course présidentielle, aura définitivement plombé  cette entame de la campagne présidentielle, qui ne dit pas son nom.

 

Aux alentours on fait semblant de s’affairer ; on donne l’impression de ne pas avoir été _ pas plus que ça _ troublé par les intentions de l’homme d’affaire de retour d’exil.

 

Mais il n’en est évidemment rien, ça n’est heureusement qu’une impression car pour qui connaît bien le Bénin, tout le monde _ à l’exception d’une ou deux écuries politiques _ est suspendu à l’évolution de la démarche présidentielle de Patrice TALON.

 

C’est pour ça que la dernière sortie médiatique du président AMOUSSOU, au sortir du dernier conclave de la première force politique de l’opposition ;  « Pour gagner les élections, il faut adopter des stratégies appropriées. Dans ces stratégies, nous avions retenu de parler avec toutes les autres forces politiques et même toutes les personnalités qui se présentent aux élections ou qui ne se présentent pas, mais qui représentent une faction de l’opinion nationale afin que le candidat que nous allons choisir puisse bénéficier d’un large soutien de la population » ; pas plus que la résolution de l’Union pour la Nation de ne soutenir qu’un candidat sortant de ses rangs ; ne dissuaderont personne ; sur l’idée que les lenteurs et les tractations qui troublent profondément la désignation du probable candidat de l’UN ; ne tiennent pas à l’entrée dans la course présidentielle, du principal financier des deux dernières campagnes présidentielles.

 

Et à défaut de l’opposition, le pouvoir avec sa majorité présidentielle n’est pas en reste ; manigançant avec les institutions ; se jouant des lois pour essayer de faire admettre l’inadmissible ; en passant par une décision constitutionnelle du 16 juillet 2015, qui trouvera sa véritable cause manipulatrice dans la convocation précipitée du corps électoral ; et sa finalité dans la production  calendaire à cet effet qu’exhibera la CENA. 

 

Plus que jamais présentes ; au détour de n’importe quelle rencontre, initiative ou décision ; les manœuvres, tractations et messes basses ; sont loin d’avoir désertées le champ de la politique, avec laquelle ils font pratiquement corps.

 

Et comme dans ce beau monde qu’est la politique ; il arrive rarement ; qu’on ne puisse trouver une solution qui convienne à tout le monde ; elles n’ont pas finies de faire parler d’elles.

 

 

Al Tricky !

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’