larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Présidentielles 2016 au Bénin : Et voilà que Martin RODRIGUEZ s’en mêle

Publié par La revue2analck sur 15 Septembre 2015, 15:12pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Présidentielles 2016 au Bénin : Et voilà que Martin RODRIGUEZ s’en mêle

Après la presque certitude de l’engagement de Patrice TALON dans la course au palais de la marina en 2016 ; et la désormais indiscutable participation _ selon son fan club _ de Sébastien ADJAVON, à la même présidentielle ; voilà qu’un troisième larron et pas des moindres ; Martin RODRIGUEZ , patron entre autres de MCI et accessoirement de la filière du coton au Bénin ; avant de se faire détrôner par Patrice TALON avec l’agrément du pouvoir que ce dernier a financièrement contribué à mettre en place.

 

Par ailleurs fortement impliqué dans l’affaire du fameux avion présidentiel qui coûtera une plombe pour le contribuable béninois ; alors même qu’il ne volera jamais, ou alors très peu.

 

Martin RODRIGUEZ, celui là –même ; qui convoqué par le refondateur pour s’expliquer sur l’achat du fameux avion présidentiel ; enverra le président béninois sur les roses ; en ignorant proprement la convocation présidentielle, qui lui vaudra d’ailleurs cet exil qu’il s’est depuis imposé.

 

Ce que je voudrais en filigrane souligné ; c’est que toute déclaration venant de Martin RODRIGUEZ _ dont la candidature à la même présidentielle est pour le moins probable _ ne saurait objectivement être analysée ; sans prendre en compte, la sainte rivalité qui l’oppose à Patrice TALON, qui par des manœuvres peu communes ; qu’il dénonce en estimant en détenir les preuves ; aura fait main basse sur la filière béninoise du coton voire même une partie l’économie du Bénin.

 

Attention; les accusations que Martin RODRIGUEZ formule contre Patrice TALON sont formelles et sans ambages ; gravissimes et implacables ; mieux ; il serait même prêt à en découdre, avec qui de droit ; devant les juridictions s’il le faut.

 

Il n’épargne ni Patrice TALON ; encore moins ceux qui dans le monde politique _ en l’occurrence  Pascal Iréné KOUPAKI _ ont contribué ou favorisé ; cette forfaiture contre l’économie béninoise.

 

Il serait difficile, au regard des accusations portées par Mr RODRIGUEZ ; de rester sans s’interroger sur la probité éthique de certains de ceux là-mêmes, qui aux dires du patron de MCI ; n’auraient pas été aussi nets que cela ; dans certaines des sombres affaires qui ont émaillés, la vie politique béninoise de ces dix dernières années ; ou qui tout au moins _ pour des raisons à leurs avis valables ; et qui demeurent inconnues _ n’ont pas toujours aidé à favoriser la promotion du développement béninois ; pour la simple raison que ceux qui étaient porteurs de ces projets promotionnels ; n’étaient plus du même sérail que    celui du pouvoir.

 

Si cela s’avère effectif ; il est alors évident que cela représente un paramètre fort handicapant et de toute manière déplorable.

 

Malheureusement Mr GOMINA qui avait la charge de mener cette interview ; au lieu de contribuer par un questionnement d’approfondissement à creuser le fondement des accusations que Mr RODRIGUEZ se permettait de proférer en direct aux yeux des auditeurs et des téléspectateurs béninois ; a vite fait de se laisser ferrer par l’homme d’affaire, qui l’a claquemuré _ Ô comble d’ironie _ dans un rôle de défenseur des intérêts de Patrice TALON ; et pire ; parfois même de ceux de l’état béninois ; qui nous le savons ; ne figure pas dans les commentaires de Mr GOMINA ; au top 5 des régimes épris de vertus dans la gouvernance démocratique.

 

Je ne suis pas un expert ; loin s’en faut ; et certainement que ma position d’observateur est assurément plus aisé et plus enclin à porter des appréciations, sur le travail; qui est loin d’être une sinécure ; des autres. Je l’avoue ; tout en étant loin d’être certain, dans les mêmes conditions ; de faire autant que ceux qu’il m’arrive parfois de critiquer; mais j’ai la chance d’où je me trouve ; d’écouter et de regarder faire, tous les jours que Dieu fait ; des grands noms de l’exercice de l’interview; qui eux aussi ne sont pas toujours au meilleur de leur forme ; mais qui à chaque fois s’acharnent non sans mal; à se perfectionner et favoriser par leur travail, à toujours pousser leur sujet ; le plus loin possible dans leur retranchement ; afin de lui faire cracher, s’il le faut ; ce qu’il se garde de révéler ; et qui sera d’un grand éclairage, pour la compréhension des auditeurs qui le suivent.

 

Dans le cas d’espèce ; Mr RODRIGUEZ ne demandait qu’à parler, et porter des accusations ; libre à lui ; ceci d’autant plus qu’il se disait prêt, le cas échéant ; à assumer devant les tribunaux ; la responsabilité de ses propos. Dès lors c’était un boulevard qui s’ouvrait devant son interviewer, qui curieusement, préfèrera, des ramifications, et des voies dont il était seul à connaître les orientations, et qui tout le long de cette interview, l’amèneront parfois à nier l’évidente collision _ secret de polichinelle éculé _ entre le pouvoir YAYI BONI et TALON ; et qui aura duré jusqu’à la survenance de cette brouille, qui mettra fin à leur collaboration.

 

Maintenant il me serait légitimement imputé, de ne pas prendre en compte que cette boule colérique, qui s’entend dans les propos de Martin RODRIGUEZ, ne sont pas sans faire montre de son ressentiment à l’endroit de Patrice TALON ; au profit de qui ; avec la collaboration ; du pouvoir YAYI BONI ; il aura apparemment beaucoup perdu.

 

Mais s’il est une chose que j’ai apprise ; et qui se rapporte aussi bien à la politique qu’au monde des affaires ; « c’est à qui aura le premier la tête de l’autre ».

 

Et même s’il s’est trouvé aujourd’hui une âme anti corruptive ; Martin RODRIGUEZ ; n’est certainement pas un agneau sacrificiel, dans le jeu politique béninois.

 

Cela dit sa perception de la vie politique et économique du pays béninois mérite notre attention ; même s’il en a été éloigné, depuis à peu près dix ans ; entre autre pour les raisons invoquées plus haut  et pour d’autres raisons, sur  lesquelles lui-même revient dans cette interview ; sans trop s’y étendre.

 

Ceci d’autant plus qu’avant cet intermède que par son exil il s’est imposé ; il en a été un des principaux acteurs et que certainement durant ces dix années d’exil ; il a tout comme n’importe quel bon béninois continué par s’intéresser à la vie politique et économique de son pays.

 

C’est sur la base de cette analyse que Lr2@ vous propose aussi bien son intervention sur Africa N°1, durant le grand débat animé par Francis LALOUPO ; que l’interview qu’il a accordé à Canal 3 Bénin.

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’