larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Le pays béninois et le règne de ’’L’entre soi’’

Publié par La revue2analck sur 21 Août 2015, 11:04am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Le pays béninois et le règne de ’’L’entre soi’’

Je ne saurais jamais me satisfaire de cette forme de ’’l’entre soi’’ qui de fait s’impose lorsque un des cadors du pouvoir régnant se voit menacé.

 

Tacitement il y a comme une ligue de préservation qui s’établit dans la perspective de sauver coûte que coûte l’outrecuidant qui par sa compromission, pourrait mettre en péril d’autres membres de la caste.

 

Dès lors on s’en fout du système, de sa stabilité, et à quels dégâts collatéraux on devrait consentir, pour que vive la caste des privilégiés ; et tant pis si au passage ; l’image de la république en prend un coup.

 

Tant pis si ce faisant, la démocratie béninoise devrait s’asseoir sur la crédibilité de ses institutions, quant  à la répression de la corruption.

 

Lundi dernier en désertant le parlement ; le pouvoir FCBE, dans toute sa puissance a tout simplement bloqué le processus du vote devant délibérer sur la question de la levée de l’immunité d’un des siens.

 

Le temps peut-être de se reprendre, pour enfin, la fois d'après, arriver à empêcher le vote de la motion, par 45 voix qui s'y sont opposées, contre 38 qui y étaient favorables.

 

De toute évidence le risque qu’ils pourraient encourir, lors d'une prochaine mise en cause d’un des leurs, la crainte de créer un précédent qui pourrait leur être ''préjudiciable'' et la préservation de l’impunité de ceux d’entre eux ; qui auraient des délits répréhensibles à se reprocher ; de se voir déchoir de cette salvatrice immunité, dont ils n’ont de cesse de se parer pour passer entre les mailles de la justice ; aura permis de ratisser large, au point de réunir plus d’une dizaine de députés d’autres camps que le leur; pour faire valoir leur démocratique , mais non moins arbitraire opinion.

 

Au passage le PRD dont le président, qui assure également la fonction du président de l’assemblée nationale ; et qui ne semblait pas contre l'idée d'une levée de cette immunité ; en fera doublement les frais.

 

La cohésion de son groupe parlementaire au sein de l’assemblée nationale en pâtira ; et révèlera contrairement à l’impression qu’il donnait depuis le début de cette législature, que l’ordre et l’harmonie qui semblaient ; pour une fois régner dans ses rangs ; n’étaient que du vent; puisqu'apparemment certains de ses députés ont logiquement contribué à former ce bloc qui s'est opposé à la motion. 

 

De plus,le coordonnateur du budget au CENA ; y perdra son poste, par le fait d’une destitution ; qui certainement dans la jeune histoire de l’institution électorale, fera indubitablement date. De l'avis d'une source proche de l'institution électorale: Freddy Houngbédji serait soupçonné '' de mauvaise gestion notoire''; ou encore de fonctionner ''comme s'il y avait un état dans un état''.

 

Bien que ces soupçons restent à être prouvés; il n'empêche que pris dans la chronologie des faits; cet évènement qui aurait pu paraître anodin et peut-être même passé inaperçu, reprend tout son sens quand il sera établi que le coordonnateur destitué en question, n’est autre que le fils du président de l’assemblée nationale ; à qui le pouvoir semblerait reprocher son apparente posture, à ne pas se démener plus que ça ; pour faire obstacle à la levée de l’immunité parlementaire de l’ancien ministre devenu député.

 

Il m’est impossible de ne pas lier les deux évènements ; car n’en déplaise aux membres de la CENA, signataires de la destitution du fils HOUNGBEDJI ; et par devers les raisons avérées ou non qu’ils auraient invoqué pour faire passer leur message au président de l’assemblée nationale ; ils ne sauraient pour le moins à leur charge, renier le troublant timing, de tout ce barnum orchestré.

 

Ce qui en rien ; ne saurait par ailleurs exonérer Freddy  HOUNGBEDJI _ jusqu’à preuve du contraire _ des accusations dont serait affublées sa gestion ’’ opaque et solitaire’’.

 

Mais encore une fois ; c’est cette forme d’hypocrisie généralisée visant à troubler la perception de l’opinion qui me laisse à la fois perplexe et pantois.

 

Personne ne saurait faire passer sous silence, le harcèlement ces derniers jours, du bureau de l’assemblée nationale, par l’exécutif ; aux fins de l'amener à faire diligence, sur le dossier de la levée de l’immunité parlementaire de l'He KASSA.

 

Cette insistance à n’en point douter, visait à donner l’image d’un exécutif intransigeant et  d'une certaine manière soucieuse de se montrer implaccable; sur le détournement des fonds du PPEA2.

 

Or voilà qu’au final, il s’avère que la principale organisation politique, qui aura bataillé au niveau de l’assemblée nationale, pour faire obstacle à la levée de cette immunité ; n’est autre que la FCBE.

 

Et devinez quelle est la principale force politique dont le soutien n’a jamais manqué au pouvoir exécutif béninois ?

 

Je vous la donne en mille !

 

 

Al Tricky !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’