larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Président de l’Assemblée Nationale, le rêve envolé de Komi KOUTCHE

Publié par La revue2analck sur 20 Mai 2015, 08:41am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Président de l’Assemblée Nationale, le rêve envolé de Komi KOUTCHE

Propulsé à barre du navire FCBE dans l’optique de la conquête de la présidence de l’assemblée nationale, le filleul du refondateur s’y était cru.

 

Eviction d’anciens députés de la précédente législature ; poste ronflant au sein du gouvernement ; cristallisation de toute la communication gouvernementale à son profit.

 

Rien n’avait été négligé dans le traçage de la voie qui devait lui permettre d’accéder à la première rampe de sa fulgurante ascension qui disait-on ; devait le faire déboucher au palis de la marina.

 

Sauf que rien n’est moins accessible en politique; lorsque le pouvoir qui est censé vous soutenir, s’est appliqué à accumuler les ennemis.

 

Rien n’est plus compliqué à accomplir en politique, quand le parcours est parsemé de soupçons de détournements de l’APD ; et que voulant s’en justifier, on se confond en des bafouillages qui ne font que conforter des soupçons qui pesaient déjà sur vous.

 

Enfin il fallait vraiment avoir perdu le sens des normes, pour penser un seul instant que même sous son apparente retraite, le président du PRD aurait pu se lancer dans « cette bataille » ; sans l’assurance de la gagner. Encore plus, face à un jeune premier en passe de faire ses premières armes.

 

Après avoir saqué toutes ses alliances politiques ; sans le moindre respect, sans la moindre courtoisie, et parfois même avec une insolente imposition ; le pouvoir de la refondation, va devoir faire les frais de cette incurie qui peut se révéler « mortelle » en politique, où rien ne s’oublie.

 

Mais je ne saurais me gloser  sur d’éventuelles vengeances entre rivaux politiques ; sans me réjouir avant tout de ce que l’élection de Me Adrien HOUNGBEDJI apporte de crédibilité à une démocratie béninoise qui commençait par s’étioler de la manifeste connivence _ en tout durant un certain temps _ entre l’exécutif et le législatif, durant la précédente législature.

 

Les enjeux liés au rôle primordial qu’aurait à jouer cette assemblée ; de la fin de la mandature du refondateur, à l’avènement de celle de son successeur, étaient trop important pour prendre le risque d’en confier la présidence à un jeune premier, qui aurait été piloté à distance, par un ex-président qui ne serait plus aux affaires.

 

Les députés de l’opposition pour l’avoir apparemment compris, n’ont fait que favoriser le retour aux affaires du président des « tchoco-tchoco » ; et c’est tant mieux pour la démocratie béninoise, pour qui connaît la qualité des  présidences précédemment assurées par Me Adrien HOUNGBEDJI à ce poste.

 

Le jeune premier du gouvernement aura toujours le temps de voir venir, pour l’instant trêve de complaisance ; il va falloir laisser l’opposition mettre de l’ordre dans les affaires ; permettre à l’assemblée d’enfin exercer son rôle de contrôle  de l’exécutif ; tel que le prescrit la loi fondamentale.

 

Al Tricky !     

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’