larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|S’il fallait croire Barthélémy KASSA !

Publié par La revue2analck sur 24 Mars 2015, 10:23am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|S’il fallait croire Barthélémy KASSA !

C’est le Bénin tout entier qui a dû se retenir à l’ébauche des justifications apportées par le ministre KASSA pour justifier l’attachement du pouvoir de la refondation, à son funeste projet de réforme constitutionnelle.

 

A l’en croire, cela n’aurait pour but que de permettre le développement du Bénin et surtout ne serait pas mue par la moindre intention opportuniste.

 

Qu’à cela ne tienne ! Mais dès lors que la tendance nationale s’y oppose, ne serait-il pas grand temps pour la refondation d’y renoncer ?

 

Pourquoi vouloir faire le bonheur de tout un peuple contre son gré ? « Faire pour nous sans nous c’est faire contre nous » disait Nelson MANDELA. Il ne peut qu’y avoir une explication opportuniste qui puisse justifier l’entêtement pour un pouvoir, à vouloir imposer une réforme du genre, à son peuple.

 

D’autant plus que la nature de la réforme même si elle pourrait à long terme se concevoir, n’a rien d’impératif, et en rien ne contribue au blocage du fonctionnement des institutions.

 

Il ne s’agit pas non plus d’une réforme économique qui à défaut plongerait le pays béninois dans le néant ; à ceci près que sur ce registre, si les populations n’y sont pas encore, elles n’en sont plus vraiment très loin ; du néant.

 

L’urgence d’une réforme constitutionnelle qui aurait pu justifier l’entêtement du pouvoir, est quasi inexistante, alors pourquoi tenir coûte que coûte à cette réforme ; si ça n’est visiblement pour satisfaire une intention opportuniste ?  

 

Le développement du pays dites-vous Mr le ministre ? Pourtant il ne se compte plus les projets et les mesures qui pour y satisfaire, auraient pu être entrepris et qui lamentablement sont restés lettre morte ; pour se voir subitement _ pour certains d’entre eux _ réhabilités au gré de la campagne législative, histoire une fois de plus ; de faire paraître aux naïves populations ; une fausse impression du souci du pouvoir pour leur condition.

 

Et ces scandales financiers qui demeurent toujours non élucidés, et dont certains des auteurs parcourent en toute quiétude les couloirs du palais de la marina, parce qu’arborant, au grand dam des victimes de leur malversations, l’étiquette salutaire de la FCBE, ultime facétie de l’impunité.

 

Non ! Mr le ministre pour le développement du Bénin, il faudra repasser, car durant toute votre gouvernance, vous l’avez plus ébranlé que renforcé. Et au soir du 26 avril, si les populations en ont le courage et la maturité qui va avec, elles vous le traduiront par leur vote.

 

Al Tricky !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’