larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


| « Ne nous haïssons pas »

Publié par La revue2analck sur 5 Mars 2015, 15:58pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue, #Extraits 2 ...

| « Ne nous haïssons pas »

Au regard des dernières actualités survenues en France, j’ai pris le temps de lire ce texte, maintes fois cité lors du récit des évènements.

Court mais dense et intense, il porte une vérité universelle qui s’adosse à une réalité aussi cruelle que l’élancement d’une fulgurante pointe acérée qui transperce, nos petites vies communes.

A l’instant grave où notre tension palpable est à la limite de succomber au drame qui tambourine aux portes de nos instincts primaires ; il nous rappelle qu’il nous faudra pourtant nous en garder, car le pire n’est souhaitable pour personne.

Sur le fil du basculement possible dans le néant, il arrive à sublimer ce qu’il y a de bon en l’humain et célèbrer ce faisant et par là même; le génie voltairien qui par la seule force de sa réflexion, transcende son temps, pour interpeller l’humanité.

 

« Tu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, (…) ne soient pas des signaux de haine et de persécution ; que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer, supportent ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil ; que ceux qui couvrent leur robe d’une toile blanche pour dire qu’il faut t’aimer  ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire.

(…) Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! Qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l’industrie paisible ! Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres, dans le sein de la paix, et employons l’instant de notre existence à bénir également en milles langages divers, depuis Siam jusqu’à la Californie, ta bonté qui nous a donné cet instant »

 

 

Extr. ’’Traité sur la tolérance’’ de VOLTAIRE (1694-1778)

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’