larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|La FCBE ou la chronique d’une dislocation annoncée ?

Publié par La revue2analck sur 16 Février 2015, 07:04am

Catégories : #Les mots 2 @LNACK, #Les chroniques 2 la revue

|La FCBE ou la chronique d’une dislocation annoncée ?

Plus d’une fois remis pour cause de discordes internes, le congrès prévu pour le vendredi, a fini par se tenir hier samedi 15/02/2015.

 

Le principal leitmotiv qui aura été asséné par tous les intervenants au point de rester en filigrane l’unique  toile de fond de ce congrès extraordinaire sera l’Union.

 

L’union ou comment survivre au prochain départ annoncé du chef charismatique BONI YAYI.

 

La question est cruciale et primordiale, d’autant que des précédentes majorités présidentielles du genre, il n’en sera plus grande chose, après le départ du pouvoir, du chef dont elles défendaient les couleurs.

 

Il en fut ainsi pour le président SOGLO et le Grand K, et à moins d’une surprise à nulle autre pareille, il en sera de même pour le refondateur, n’en déplaise à Komi KOUNTCHE président du comité d’organisation, qui lors de sa prise de parole, appelait à l’unité de la majorité présidentielle ; en invitant les uns et les autres « à taire leurs contradictions ».

 

La véritable tare de ces regroupements de soutien au nom du président au pouvoir, ça n’est pas tant de taire leurs contradictions que de n’avoir été que des instances circonstancielles. Que ce soit pour SOGLO, KEREKOU ou YAYI BONI ; ces rassemblements politiques au service de leurs chefs, n’ont jamais su exister par et pour eux-mêmes.

 

A chaque fois où ils ont pris corps, cela n’a toujours été qu’autour, pour et au nom d’un chef. Ils n’ont jamais su autrement exister que par leur dévouement au chef charismatique.

 

Sauf que le chef aussi charismatique qu’il puisse être n’est pas intemporel et le plus souvent, sont ascendance ne se mesure qu’à hauteur de la durée de son mandat.

 

A chaque fois donc que son mandat tend vers son extinction, c’est la stabilité de la majorité qui l’a jusque là soutenue qui est en souffrance.

 

Le souhait du ministre de l’économie est plus que jamais d’actualité étant donné qu’avant même l’ouverture de ce congrès extraordinaire, la FCBE a enregistré la démission de 4 de ses membres, et non des moindres, puisqu’il s’agit entre autre de Mathurin NAGO, président de l’assemblée nationale et Me AHOLOU KEKE, présidente de la commissions des lois.

 

Même si ces démissions sur le fond ne sont pas vraiment du genre à surprendre, puisqu’elles étaient plus ou moins attendues au regard des crises qui les ont précédées ; elles ne restent pas sans traduire l’une des failles dont souffrent la plupart de ces regroupements qui en confiant les clés de la maison au chef charismatique, rendent indésirable au sein du groupe, toute personne ayant eu l’outrecuidance de s’opposer à ce dernier.

 

Avec la manœuvre plus ou moins réussie du pouvoir _ on saura le moment venu l’apprécier _ visant à permuter le calendrier des échéances, la FCBE semble avoir trouvé, le moyen de maintenir l’essentiel de ses troupes jusqu’aux législatives.

 

Et ce qu’il conviendra de porter à l’actif de la FCBE, est tout aussi sujet à critique, pour ce qu’il a fallu, pour le coup, faire endurer à la démocratie béninoise, pour y arriver.

 

Mais cela qui s’en inquiète encore vraiment ? Sinon les militants FCBE conscients certainement, de la chance qu’ils ont ; plus que toutes les autres formes de configurations politiques qui ont pu les précéder, de pouvoir survivre à leur chef.

 

Un seul bémol toutefois ; la vérité du cabinet pensant de la marina, saura-t-elle s’imposer à celle du terrain ?

 

@LNACK ! 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’