larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Et HOLO selon la voix de son maître, s’exécuta !

Publié par La revue2analck sur 12 Janvier 2015, 17:09pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Et HOLO selon la voix de son maître, s’exécuta !

Il y a peu ; lorsque face à l’impasse électorale dans laquelle se prélassait la démocratie béninoise, du fait de l’incurie de ceux que nous savons, une certaine opinion s’était élevée pour interpeller véhément l’intervention de la cour constitutionnelle, j’avais dans une tribune estimé que cette initiative avait quelque chose de dangereux, en ce qu’elle pouvait se retourner contre ceux qui voyait en cette cour, une voie de sortie dans la crise dans laquelle était plongée le pays béninois.

 

En réalité je n’ai pas eu pour cette déduction analytique faire office, du moindre artifice spécifique, autre que cet esprit de bon sens que me fit prendre conscience au travers d’une précédente expérience, qu’en matière de stratégie, la solution la plus évidente est rarement la plus judicieuse.

 

Il paraissait en effet évident que cette approche de l’intervention de la cour constitutionnelle dans la crise était la voie royale, ardemment souhaitée par le pouvoir de la refondation. Mieux cette alternative faisait de plein pied partie de son plan machiavélique, dont il ne s’était jamais départi.

 

Sauf que pour le rendre crédible, il fallait bien éculer toutes les autres voies alternatives ; ce à quoi avec une maestria digne d’HOUDINI, le pouvoir exécutif, tout comme la cour constitutionnelle se sont appliqués.

 

Pour ceux qui ne s’y retrouvent toujours pas, l’article de Vincent FOLY de La Nouvelle Tribune, est assez explicite, à ce propos.

 

Maintenant nous y sommes, en plein cœur de la manipulation que l’on voudrait nous vendre comme salvatrice, et qui pourtant devrait interpeller, tous ceux  qui trouvent dans la décision DCC 15-001 du 9 janvier 2015, l’espérance d’une voie de sortie de crise.

 

Il est vrai qu’elle en a les attributs, à plus d’un titre ; en résolvant bien des questions en latence, au regard  de l’impasse électorale.

 

Elle nous fixe en effet sur les prochaines échéances municipales et législatives, en privilégiant au passage, pour le grand dessein de l’exécutif, la tenue des législatives par rapport aux municipales dont on aurait pu décemment, espérer qu’elles puissent précéder aux législatives, pour avoir été déjà reportées, plus d’une fois.

 

Mais la véritable « innovation » de la décision DCC 15-001 du 9 janvier 2015, c’est d’avoir d’autorité imposé ; au COS/Lépi ; le recours éventuel à la liste ayant servi aux présidentielles de 2011 ; si à la date limite du 15 Janvier 2015, il n’était pas en mesure de rendre disponible, la liste électorale dont elle a la charge de la correction.

 

Quelle mansuétude en effet de la haute cour à l’égard de la démocratie béninoise, pourrait – on penser, si ce n’est que la seule évocation de cette liste électorale de 2011 et tout ce qu’elle suggère dans l’imaginaire de n’importe quel démocrate béninois, suffit à ramoner tous les errements d’esprit, pour mettre à jour toutes les aigreurs suscitées par la dite liste, à qui l’on doit le fameux K.O. et le deuxième mandat _ le mandat de trop _ du refondateur.

 

A priori et selon le dernier calendrier évoqué par le COS/Lépi, le recours à « la liste du refondateur » devrait pouvoir être évité. Mais en réalité le risque de devoir s’y astreindre est bien réel, car personne ne peut plus se fier au respect du calendrier de l’organe en charge de la supervision, il en a fixé jusqu’ici, une pléthore, sans jamais avoir pu les respecter.

 

D’ailleurs l’appréhension est bien présente chez plus d’un béninois y compris chez les experts de la matière, à l’image de Prince AGBODJAN, qui pense qu’il faut « une mobilisation pour éviter qu’on fasse recours à cette liste de 2011 » ; ou de Joël AÏVO qui tout en appréciant la décision constitutionnelle à sa juste valeur ne manque pas tout de même de relativiser son analyse : « ça ne veut pas pour autant dire que les pistes ouvertes par la Cour sont les meilleures. Loin de là. Ça ne veut pas non plus dire que la démarche de la Cour est d’une cohérence ou d’une rationalité imparable. Non plus. »  

 

Les jeux sont désormais ouverts, et les cartes abattues, il ne reste plus qu’à voir ce qu’il en sera.

 

 

Al Tricky !

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’