larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Sur le discours sur l’état de la nation du refondateur

Publié par La revue2analck sur 31 Décembre 2014, 18:46pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Sur le discours sur l’état de la nation du refondateur

Prévu et remis une fois déjà pour cause d’un agenda surchargé, le refondateur a fini par s’astreindre à l’article 72 de la loi fondamentale béninoise, qui lui impose de s’épancher annuellement devant la représentation nationale ; sur l’état de la nation.

 

Sa prestation d’hier comme toutes celles qui l’ont précédée, n’a pas manqué après en avoir fait le tour, de défendre le bilan gouvernemental.

 

Les prochaines échéances électorales évidemment, avec en toile de fond, la livraison et la disponibilité de la Lépi ; n’auront pas manqué à l’appel des sujets abordés par le refondateur, dans son allocution annuelle à l’attention des députés.

 

 « En ce qui concerne la convocation du corps électoral, mon gouvernement attend sa saisine par la Cena qui est disposée à le faire dès que les conditions sont réunies dont au premier chef la disponibilité de la Lépi à produire par le Cos-Lépi, laquelle liste est l’élément déclencheur de l’ensemble de notre processus électoral »

 

Simple évidence de la Palice sur laquelle il serait inutile de revenir, étant donné l’ampleur des méandres de diverse nature, qui sous-tendent sa réalisation. La tension et l’enjeu dont relève la question ont atteint un tel paroxysme, qu’il aura fallu pour en apaiser les effets pervers sur la vie politique nationale ; organiser un dialogue politique, qui peine toujours à s’instaurer ; tant la nature sulfureuse du sujet suggère la divergence d’opinion qui caractérise les acteurs invités pour  ce conciliabule.

 

Sur le fond, il n’est rien dans son évocation, qui n’ait pas été versé dans le débat national auquel il a donné et continue de donner lieu.

 

Le refondateur a cru bon également d’évoquer  l’exceptionnelle croissance il est vrai (5,6%) dont le Bénin durant la période 2012-14 peut s’enorgueillir. Sauf que sur le terrain cet exploit singulier n’aura pas eu sur le pays béninois, tout l’effet escompté ; justement de par les autres travers dont la gouvernance de la refondation a pâti.

 

A l’actif de cette déplorable situation, que le président de l’ABT lors de son passage dans le rendez-vous économique mensuel  de Rfi, le 06/12/2014 dernier à essayé d’expliquer ; il faudra compter la question de l’emploi, qui en dépit des efforts dont le pouvoir de la refondation pourra se targuer ; reste insuffisants pour pérenniser l’embellie de la croissance économique.

 

Jamais les diplômés sans emploi n’ont autant grossi le rang des fameuses antennes de l’ANPE, sans pour autant qu’ils n’aient de réelles chances de trouver un jour du travail. Et c’est sans compter les générations à venir qui affluent les bancs des universités béninoises.

 

En comptabilisant avec ceux qui sont déjà sans espoir sur le marché de l’emploi et les perspectives douteuses du tissu entrepreneurial, qui n’a de cesse de subir les affres du pouvoir de la refondation ; la question de l’emploi restera l’une des questions sans réponses de la gouvernance de la refondation.

 

Les rendez-vous périodiques avec la jeunesse, les fonds distribués pour relancer l’entreprenariat au Bénin et les micros crédits n’y feront rien ; la situation est grave, et il n’y à pas à chercher très loin, ceux à qui le pays béninois doit cette situation.

 

S’il est une chose en définitive sur laquelle avec le refondateur, il faudra convenir, c’est bien la place de l’intérêt supérieur de la nation qui doit présider à la moindre initiative visant à harmoniser la vie politique béninoise.

 

Mais il ne suffit pas de le dire pour qu’il se réalise, encore faudrait-il en faire un vadémécum permanent ; dont il ne faudrait point se désolidariser.

 

A ce titre pourrait-on jurer que les diseurs sont les faiseurs ?

 

   

Al Tricky !

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’