larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|USA-CUBA : ’’Todos somos americanos’’ dixit OBAMA

Publié par La revue2analck sur 18 Décembre 2014, 09:49am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|USA-CUBA : ’’Todos somos americanos’’ dixit OBAMA

Sous la discrète houlette du souverain pontife, OBAMA vient de rattraper 50 ans de relations houleuses avec le voisin cubain.

 

De la confrontation entre les deux états je retiendrais la fougue révolutionnaire du leader Maximo, qui n’aura de cesse durant un demi-siècle de ruminer, voire d’entretenir sa haine pour l’incarnation du mal, que représentait le pouvoir américain, dont il a pratiquement vu passer presque tous les dirigeants, depuis JFK.

 

Bien sûr, qu’il y avait dans cette posture, quelque chose qui suscitait chez tous les pays du tiers monde, une sorte d’émulation à la résistance ; et même de sympathie que le pays de Fidel CASTRO, indubitablement, tirait de sa confrontation avec le premier en chef du bloc occidental.

 

Mais pour les cubains, la réalité était toute autre, le prix à payer pour nourrir cette irrépressible horreur que leur chef nourrissait à l’encontre du voisin américain, se révélait de plus en plus élevé, voire bien au-delà, de leur capacité.

 

D’ailleurs bon nombre d’entre eux, au risque parfois de leur vie, s’en iront sur des embarcations de fortunes, tâter le rêve américain, contre lequel tous les discours de leur président n’ont cessé de les mettre en garde. Mais rien n’y fera ; la crise des missiles et la baie des cochons auront vécu ; même certains membres de la famille du leader Maximo se laisseront tenter par l’aventure américaine.

 

Et puis cette confrontation n’avait plus vraiment de sens, parce que le capitalisme est sorti vainqueur de son éternel affrontement avec le socialisme. La chute du mur de Berlin et tout le grand bouleversement politique qui s’en est suivi dans les rangs des anciens pays satellites de l’URSS, sont plutôt éloquents à cet égard.

 

Et puis le POTUS l’a répété dans son allocution, les USA entretiennent aujourd’hui des relations avec des régimes encore plus critiquables, à bien des égards, que celui de la Havane.

 

De plus l'insistance du côté américain à maintenir l'embargo contre Cuba, n'a d'égal que l'irréductibilité de Havane à ne pas flancher , quoi qu'il puisse lui en coûter, devant le géant américain.

 

C’est pourquoi l’initiative visant à une normalisation des relations entre les deux pays, ne peut qu’être salutaire, même si dans les faits il restera des écueils à surmonter, aussi bien du côté des américains que de celui des cubains.

 

Car en définitive des deux côtés, il me semble qu’au bout de toutes ces années, cette crise américano-cubaine ne servait plus qu’à alimenter des intérêts, qui n’ont rien à voir, avec les aspirations beaucoup plus palpables des deux populations à surmonter ce qui les éloignait.

 

Mais pour le comprendre il aura fallu l’arrivée à la tête des deux états, de dirigeants assez aptes à appréhender la situation ; avec la nette volonté de tourner cette page, de l’histoire de leurs deux pays.    

 

 

Todos son americanos

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’