larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Bénin la perversion érigée en mode de gouvernement ?

Publié par La revue2analck sur 16 Décembre 2014, 18:57pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Bénin la perversion érigée en mode de gouvernement ?

S’il est une chose dont le pouvoir de la refondation ne saurait se départir et qui malheureusement lui sera toujours imputée comme preuve de sa mauvaise foi, c’est bien cet art ambigu et sibyllin à vouloir jouer de tout.

 

Sauf, qu’une fois la partie terminée, le voile se lève sur le vrai visage de ce pouvoir, qui n’a que trop démontré sa faculté à attiser les feux de la discorde ; y compris en usant des principes sacro saints de la loi fondamentale ; au lieu de travailler à l’apaisement des esprits et des passions.

 

L’illustration parfaite de mon propos s’adosse sur le parti pris du ministre de la décentralisation lors de son intervention devant l’assemblée des 77 maires de nos villes, en leur signifiant pratiquement qu’ils n’ont plus qu’à s’enorgueillir de la maladresse inconstitutionnelle qui les maintient à leur poste au-delà du mandat électif qui les y a conduit.

 

Prendre officiellement une telle position, alors même que le contexte national qui prévaut est confronté à la problématique visant à la sortie de l’hérésie constitutionnelle de laquelle procède la déplorable situation, ne que peut que suggérer deux lectures :    

 

D’abord qu’en prenant la décision de reporter sine die les municipales de 2013 ; ça n’était pas sans la perspective d’en tirer un éventuel intérêt, même si cela devait causer quelque dommage collatéral à l’idéal démocratique qui nulle part ne saurait se concevoir ; sans l’idée même des élections devant assurer une alternance démocratique, à tous les postes électifs.

 

Ensuite il ne serait plus d’aucune utilité pour le pouvoir de la refondation, de continuer à vouloir prôner un dialogue politique national, alors même que par ailleurs ; il semble se complaire à merveille, de la complexité pratique que le laxisme et la procrastination de sa gestion du dossier électoral, en dehors des péripéties liées à la disponibilité de la Lépi ; impose à toute une nation.

 

Car chercher à conférer une éventuelle légitimité à tous ces maires, qui ont dépassé les limites de leur mandat électif, en invoquant une disposition constitutionnelle, pour leur accorder le crédit de leur illégitimité ; au risque de mettre en péril les fondements démocratiques, au nom desquels cette disposition existe, relève d’une perversité intellectuelle, que seuls ne peuvent se revendiquer ; les esprits perfides qui depuis, ont élu domicile au cœur du pouvoir.

 

Al Tricky !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’