larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Si seulement cela pouvait servir d’exemple aux autres

Publié par La revue2analck sur 31 Octobre 2014, 15:37pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue, #Les mots 2 @LNACK

|Si seulement cela pouvait servir d’exemple aux autres

S’il est une chose qui me laisse perplexe dans la chute de la planète COMPAORE, c’est bien la manière prévisible dont il était évident et presque certain qu’il allait finir ; et qu’elle était curieusement la seule à ne pas vouloir l’entendre.

 

Serait-ce la trame enjolivée et permanemment entretenue des courtisans, où l’imperceptible sensation qu’elle avait de penser que son maître était inamovible, qui l’auront conduite dans les profondeurs de la décadence qui la nargue ?

 

A mon avis c’est certainement l’entassement des deux facteurs qui en seraient la cause.

 

Il y a comme un nuage apparemment protecteur, mais assurément néfaste qui semble, depuis l’estrade présidentielle d’où ils dirigent ; qui fatalement leur donne l’impression _ à COMPAORE et à tous ses pairs qui ont été et qui seront démis par leur peuple _ d’une faculté à pouvoir indéfiniment rouler les populations dans la farine, sans qu’elles puissent un jour se rebeller.

 

Il ne manquerait pourtant plus, qu’ils ne regardent autour d’eux, pour se rendre compte, que jamais, une telle abjection n’a pu ces trente dernières années, durer éternellement, sans que les dirigeants n’aient, parfois de leur propre vie ; à en payer le prix.

 

Comment comprendre que des souverains qui s’estiment aussi indispensables pour déterminer la voie du salut pour leur pays, ou qui se voient parfois comme le seul recours possible pour ce pays, n’arrivent pas à juger ; pendant qu’il est encore temps ; que les sporadiques soulèvements populaires, sont autant de signaux dont l’accumulation pourrait se révéler dévastatrice pour leur pouvoir et pour leur propre survie ?

 

Et que ce qui se bruisse et se chuchote au sujet du pouvoir, dans les bas quartiers du pays ; dans les réunions ou les manifestations interdites ou dispersées parfois dans le sang ; finira par s’amplifier au fil du temps et du nombre de personnes qui en font échos, pour se muer en un vacarme assourdissant et destructeur.

 

Mais comment auraient-ils pu donc comprendre ; puisqu’à chaque fois où ils sont parvenus à faire passer leur subterfuge du moment ; une modification opportuniste de la loi fondamentale ; puis une deuxième et peut-être même une troisième ; ils n’ont pu imaginer; malheureusement à tort ; que loin d’être une adhésion passive ; le silence éloquent des populations, n’allait pas tarder à se révéler un tsunami auquel leur pouvoir ne survivra pas.  

 

Car le propre des populations c’est d’accumuler les brimades et les oppressions, aussi longtemps qu’il leur est permis de les contenir, jusqu’au jour où cette accumulation se transforme en une déflagration, difficile voire impossible à contenir.

 

Il en a toujours été ainsi de tout temps, et depuis la nuit des temps ; mais jamais _ à part quelques exceptions _ nos chers dirigeants n’ont su quand se retirer ou lâcher prise, pour dégonfler la bulle colérique qui les menace ; et dont ils finissent toujours, pour nombre d’entre eux ; obsédés à l’idée de croquer un dernier bout du gâteau ; par en faire les frais  et subir les affres.

 

Il en est ainsi du Bénin, du Burundi et du Congo ; du Rwanda, de la RDCongo et de bien d’autres pays encore ; à qui malheureusement l’exemple burkinabè en rien ne servira d’exemple ; et qui retirés dans les arcades de leur palais présidentiels, se turlupinent toujours les méninges pour trouver, le moyen de passer une fois de plus ; mais une fois de trop ; au travers des mailles.

 

Et le pire c’est qu’il s’en trouvera qui y parviendront, mais jusqu’à quand ? Et à quel prix ?

 

 

@LNACK !  

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’