larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Les malfrats ont pris d’assaut les rues de Cotonou

Publié par La revue2analck sur 16 Octobre 2014, 19:17pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Les malfrats ont pris d’assaut les rues de Cotonou

C’est peu dire que de penser que la sanglante escarmouche dont le RAID à fait les frais en perdant 3 de ses éléments, serait prête de s’atténuer.

 

En réalité depuis deux jours, l’escapade meurtrière dont les malfrats se sont faits maîtres à Cotonou, comme une évidence, s’est imposée à la Une de l’ensemble des quotidiens de la capitale économique béninoise.

 

Et pour cause, reconnue depuis un certain temps comme une capitale sporadiquement menacée par des actions meurtrières ; Cotonou de par la particularité du braquage de Jéricho ; détient désormais un macabre record dont la ville ne devrait certainement pas s’enorgueillir.

 

A Jéricho mardi dernier, des policiers sont morts. Et pas qu’un, ni deux, mais trois ; abattus froidement dans l’exercice de leur fonction ; et dans des conditions ; qui plus que de susciter l’affliction causée par leur triste sort; poussent à s’interroger sur la compétence et le potentiel de ceux qui sont chargés de la sécurité des béninois.

 

Et ceci d’autant plus que les victimes appartenaient au plus élitiste corps du RAID de la police nationale. Les meilleurs d’entre les meilleurs de l’effectif de la police nationale, et pourtant semble –t-il ; et je parle sous réserve des détails du braquage révélé dans la presse ; aucune victime n’aurait été constaté dans le rang des malfrats qui ont pu s’en tirer, au grand dam des témoins interloqués et ahuris de la scène, digne d’un scénario de Michael MANN ou de Martin SCORSESE.

 

Autant que je me souvienne, il n’est pas dans la pratique des malfrats de s’en prendre délibérément aux hommes de lois ; une sorte de règle tacite que même les pires d’entre les renégats, préfèrent toujours éviter.

 

Or à Jéricho, les malfrats auront piétiné cette règle tacite, sonnant leur prise de pouvoir dans les rues de Cotonou, où ils peuvent aller où ils veulent et faire ce qu’ils veulent ; sans la perspective de se voir opposer la moindre résistance fiable.

 

Les sorties médiatiques des autorités compétentes pour essayer d’apaiser l’opinion quant à l’effroyable carnage n’y feront rien ; la peur à déjà gagnée les populations cotonoises, au point de les pousser à crier leur discrédit en ces hommes de lois qu’ils n’ont su être à la mesure de leur obligation.

 

K-Lyha !    

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’