larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|La refondation ou le règne de la perfidie

Publié par La revue2analck sur 3 Octobre 2014, 15:54pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|La refondation ou le règne de la perfidie

Ce qui pour le moins, paraît assez troublant dans l’attitude du pouvoir de la refondation, et qui pour le grand malheur de l’opinion béninoise, justifie les suspicions que cette dernière nourrit à l’égard de ses dirigeants; c’est l’accumulation irrépressible de comportements dont l’analyse à n’en point douter ; ne pourrait suggérer à n’importe quel observateur de la vie politique béninoise ; rien de bien salvateur.

 

Des manœuvres douteuses dont se passionne le pouvoir de la refondation à quelques mois de sa sortie de la scène politique béninoise, on pourrait au mieux en déduire une volonté _ s’étant rendu compte de l’impossibilité à conduire au bout, le projet funeste du troisième mandat _ à laisser péricliter la gestion des affaires du pays, jusqu’à un stade de pourrissement, à la limite de l’extrême préjudice.

 

Au pire ; on pourrait en déduire une néfaste détermination du pouvoir de la refondation, à mener jusqu’à son terme, l’indicible projet dont on l’accuse. Espérant secrètement au forceps, s’en tirer grâce à cette séculaire crainte des populations béninoises, à toujours s’épargner le moindre bain de sang.

 

Entre mes deux hypothèses, celle difficilement crédible, mais parfaitement soutenable, du plus spécial de tous les conseillers politiques du refondateur, qui admettra lors de son passage à ’’Zone Franche’’ sur Canal 3 Bénin, dimanche dernier que : « Si en 2016, la classe politique ne s’organise pas, un autre populiste va prendre le pouvoir   ».

 

Venant d’Amos ELEGBE soi-même ; il serrait criminel d’en ignorer le sens, je dirais même, d’en ignorer tout le sens. 

 

Ceci faisant et hormis son admission de la nature populiste de son chef ; il y aurait bien donc, invariablement à sa nature et à sa finalité, un projet visant dans tous les cas à porter un coup _ peu importe lequel _ à la démocratie béninoise.

 

Et c’est là, la duplicité et la perfidie, dont ce pouvoir, amnésique de ses origines, pourrait se rendre complice au regard de la démocratie béninoise.

 

Il aurait été plus honorable, de la part de ce pouvoir, qu’il travailla à renforcer les institutions démocratiques béninoises, en les rendant pérennes pour la postérité ; et non en cherchant par une pseudo démarche similaire ; à les vider de leurs substances, dans le seul but d’en tirer un avantage particulier, au détriment des principes de base et des idéaux, qui ont présidé à leur création, lors de la conférence nationale.

 

Mettre en péril, délibérément ou non un seul de ces acquis, constitue à lui seul, un manquement gravissime à la stabilité, à laquelle par son fonctionnement, il participe à perpétuer la fondation démocratique béninoise.

 

Or il ne se compte plus aujourd’hui, le nombre de fois où pour des raisons à son avis valables et par ailleurs fortement contestables ; le pouvoir de la refondation ; s’est plu à scier jusqu’à rupture ; toutes les bases sur lesquelles reposent ces acquis primordiaux, pour la démocratie béninoise.

 

Si effectivement comme il voudrait que l’opinion béninoise lui entende raison, pourquoi le pouvoir de la refondation s’acharne-t-il à s’opposer à toute forme d’expression autre que la sienne sur l’ensemble du territoire béninois ?

 

Quel intérêt y aurait-il pour lui à s’opposer à la plus élémentaire des libertés démocratiques qui soit ?

 

A part peut-être la crainte que cette prise de position puisse de quelque manière, lui porter préjudice.  

 

Fort bien ! Mais à quel titre cela dérangerait-il le pouvoir de la refondation que dans l’expectative de son prochain départ du pouvoir ; d’autres forces politiques veuillent préparer le terrain politique en cherchant à rencontrer les populations ; si ce  n’est au titre d’une prétention putative, à une prochaine mandature inconstitutionnelle ?

 

Quelle autre raison pourrait avoir le pouvoir de la refondation, à contrecarrer, au risque de mettre en péril certaines institutions républicaines ; toutes velléités présidentielles, de n’importe quel prétendant y compris  et surtout dans son propre camp ?

 

L’aventure présidentielle ne saurait tout de même dans un pays démocratique, se résumer à la volonté du chef régnant, au grand dam de tout ce qui en fait la singulière particularité.

 

Alors que le refondateur satisfasse aux obligations de sa fonction et épargne aux populations béninoises, cette détestable image que par sa gestion du pouvoir qu’ils lui ont confié en 2006 ; il leur impose.

 

 

Al Tricky !   

 

 

 

 

 

  

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’