larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|C’est dans la nature du pouvoir que de décevoir les espérances

Publié par La revue2analck sur 3 Septembre 2014, 13:09pm

Catégories : #Les mots 2 @LNACK, #Les chroniques 2 la revue

|C’est dans la nature du pouvoir que de décevoir les espérances

Le désespoir auquel je fais ici allusion porte d’abord sur l’impossibilité du pouvoir à mener à son terme _ lorsqu’il a eu la décence de l’engager_ la politique sur la base de laquelle il a accédé à la magistrature suprême.

 

Et ici en dépit de l’aversion que l’on pourrait porter aux dirigeants, il n’est pas exclu que cette défaillance ne leur soit qu’en partie imputable.

 

Ceci d’autant plus que le contexte qui régnait, ou qui surviendra durant leur mandat sera pour beaucoup dans l’appréciation qui sera faite de leur gouvernance.

 

Autant préciser tout de suite, que la répétition  des mauvaises décisions et la persistance dans les comportements dommageables; seront décisifs dans l’évaluation de tout pouvoir qui n’aura pas pu ou su rectifier sa gouvernance en fonction de la nature du contexte qui caractérisera son mandat.

 

Après ce qui précède, il ne reste plus qu’à faire le bilan des deux mandatures du changement et de la refondation, pour savoir et surtout comprendre le désordre, qui jusqu’ici semble être contenu au sein de la majorité présidentielle, et qui bientôt débordera fatalement du lit dans lequel on voudra le maintenir.

 

Et il ne s’agit point des déballages du genre de ceux auxquels on a pu assister ce week-end dernier.

 

Non, il s’agit du grand déballage qui inéluctablement surviendra lorsque les irréductibles de la refondation, qui espèrent toujours un bout de gras du pouvoir avant l’échéance 2016 ; se rendront compte que leur servilité et leur fidélité n’aura servi qu’à mieux les entuber.

 

C’est de ceux-là que le pouvoir devrait avoir la crainte ; et dont l’opinion le plus souvent se délecte.

 

Au regard de leur désespoir on en viendrait presque à comprendre ceux qui plutôt ont préféré quitter le bateau.

 

Mais ni l’un comme l’autre ne doivent être épargnés du blâme républicain, si la seule motivation de leur désespoir ne se fondait que sur le seul fait de n’avoir été promu à un poste qui leur aurait permis de s’engraisser au mieux.

 

Car si le but ultime de tout parti est d’accéder au pouvoir, il paraît évident que son exercice ne peut être assuré que par certains _ en principe les meilleurs _.

 

Sauf que dans les faits il en est toujours autrement ; et il n’est pas rare loin s’en faut ; que bien des meilleurs restent à quai.

 

Mais cela fait parti de ces complexités dont seul le pouvoir en connait les raisons.

   

 

@LNACK !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’