larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Quel air soufflerait –il sur le pays béninois ?

Publié par La revue2analck sur 13 Août 2014, 16:13pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Quel air soufflerait –il sur le pays béninois ?

N’eût été la nature profondément tranchée de mon opinion à l’égard du pouvoir de la refondation ; et je me serais aventuré à oser quelque propos élogieux à son attention ; étant donné la vague de liberté qui semble venir s’écraser sur l’écueil rugueux, des pratiques douteuses, dont il s’est fait maître.

 

Ainsi se serait-on à peine remis de la libération sous caution de l’honorable Désiré Vodonou, qu’il a fallu se réjouir ou non (c’est en fonction des alliances), du cinglant clap de fin par lequel la cour d’appel de Cotonou ; dans une décision rendue en sa séance du 11Août 2014, aura mis un terme (sous réserve du moindre revirement de dernière minute, dont la refondation est si coutumière) aux deux affaires impliquant l’homme d’affaire Patrice Talon.

 

Dans les affaires relatives à Patrice Talon, on aura beau invoquer la supposée séquence du pardon, il ne reste pas moins que juridiquement ; il s’agira d’un véritable camouflet pour le pouvoir de la refondation et son chef incarné.

 

Le juge Houessou depuis son exil outre-Atlantique, aura été professionnellement et humainement réhabilité ; et c’est sans parler de toutes les personnes qui ont dû, pour toutes les raisons imaginables ; payées de quelque manière et peu en importe la nature ; leur affinité avec Patrice Talon.

 

En revanche il reste comme un goût acidulé, quant au sort qui aura été celui de Désiré Vodonou.

 

Ça n’est pas que le caractère exorbitant de sa caution libératoire n’ait pas suscitée d’interrogations qui ne puissent se satisfaire à l’idée, que la préservation des intérêts de la partie plaignante, ait été la seule motivation du juge qui l’a fixé.   

 

Mais pourrait-on  s’abstenir de se demander pourquoi durant  les 40mois qu’auront duré sa détention préventive, l’instruction de son dossier n’ait pu été conduire à son terme ; de sorte qu’en plus de la manifestation de la vérité, le député écroué aurait pu pleinement joui de sa totale liberté ou à bon droit assumé sa peine ?

 

Ce manquement n’en déplaise à quidam, ne fait que donner du relief, à toutes ces théories qui ont pu être élaborées et qui voudraient que son arrestation n’aurait été en réalité, que le fait d’une manœuvre politique visant à l’empêcher d’entraver les ambitions hégémoniques du pouvoir de la refondation, sur les terres électorales du député, à la veille des législatives de 2007.

 

La situation ainsi décrite, nul besoin d’efforts supplémentaires pour y croire, d’autant plus que par ailleurs, toujours pour protéger ses intérêts douteux, le juge Amoussou continue de végéter dans les geôles de la refondation, sans que nul ne sache si un jour, il lui serait donné l’occasion de se défendre de ce dont on l’accuserait.

 

En résumé il soufflerait sur le pays béninois, un air que bien né serait celui qui saura en déterminer la nature et surtout dans quelle direction, il s’élance.

 

 

Al Tricky ! 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’