larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Devrait-on s’indigner des propos de BIDEN et KERRY ?

Publié par La revue2analck sur 5 Août 2014, 16:16pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Devrait-on s’indigner des propos de BIDEN et KERRY ?

Cela honore et à bien des égards les U.S.A ainsi que tous ceux qui pensent comme eux ; que de s’imposer à rappeler aux états africains, au risque même de compromettre les intérêts qu’ils nourrissent envers eux ; leurs nécessaires obligations à se soumettre aux règles prescrites par leurs constitutions.

 

Les messages aussi bien du secrétaire d’Etat KERRY que du vice-président BIDEN à l'attention des dirigeants africains,dans le cadre du premier sommet U.S.A.-Afrique, quant à leur recommandation à éviter de modifier les constitutions aux fins de demeurer plus qu’il n’en faut au pouvoir ; ou de travailler à éradiquer dans leurs pays, le cancer de la corruption ; s’inscrit dans la droite ligne des aspirations des populations africaines dans leur globalité.

 

Et ceux qui s’aviseraient à penser le contraire n’ont rien compris à l’Afrique d’aujourd’hui, encore moins à sa jeunesse.

 

Il y en a même qui poussent le vice jusqu’à évoquer  l’indifférence sournoise et exclusivement intéressée des chinois sur le continent ; pour oser la comparer à la politique américaine beaucoup plus soucieuse avant tout d’une  l’émancipation à long terme des peuples africains.

 

Et curieusement je ne m’en étonne guère ; étant donné tous les profits qu’ils en tirent au détriment des populations ; alors même qu’une bonne répartie suffirait pour admettre les notions de démocratie et de liberté telles qu’elles sont conçues dans l’empire du dragon, sont très en deçà de la contenance qu’elles revêtent chez l’aigle américain.  

 

La Chine a beau trôner au sommet de l’économie mondiale, il ne reste pas moins qu’elle se situe à des années lumières de ce dont on parle.

 

Les U.S.A en revanche sont les premiers leaders du monde libre, et à ce titre il relève de leur responsabilité et au nom des valeurs qu’ils incarnent, que de se faire porteurs de ce message de liberté et de démocratie.

 

Ça n’est pas donner des leçons, ni se faire censeur ou moralisateur que de rappeler à ses ’’amis’’ dans les règles et les formes qui vont avec ; ce qui avant tout, doit demeurer leur quête permanente ; pour qu’ils n’aient pas à courir à leur propre perte.  

 

Rappelons-nous à BAULE, la recommandation s’était faite plus menaçante voire sentencieuse; mais il est vrai que le contexte économique était bien différent.

 

Aujourd’hui le continent africain est presque en position de force, parce qu’il représenterait de par les fortes croissances que les experts lui prédisent, une place économique mondiale à forte attractivité.

 

Aussi pense t- on dans les chancelleries africaines, qu’on pourrait se permettre d’ignorer ces quelques règles qui paraissent insignifiantes et qui pourtant comptent pour beaucoup dans le plein avantage, qu’elles pourraient tirer de l’embellie économique qu’on leur prédit.

 

Quel serait l’intérêt pour le continent en plein boom économique, que d’être secoué par des mouvements sociaux ou des revendications de toutes sortes ; parsemé un peu partout, dans pas moins de dix pays voire plus ; du fait de l’opposition des populations à accepter des régimes qui se seraient imposés au pouvoir par devers les prescriptions constitutionnelles ?

 

Ce cas de figure est potentiellement et plus que jamais plausible et causerait plus de dommages qu’on ne pourrait le penser à l’essor économique du continent.

 

Les présidents des pays qui pourraient en être à l’origine sont présents à Washington, le Burkina, le Bénin, le Burundi, le Rwanda, la R.D.Congo, le Congo et j’en passe. Ils  sont tous concernés par la problématique des modifications intéressées des constitutions, pour se maintenir au pouvoir.

 

Et pourtant indifférents et insouciants aux conséquences dramatiques que cela pourrait impliquer pour leurs pays et leurs populations, ils s’appliquent à échafauder diverses manœuvres pour atteindre leur but malsain, plutôt que de penser à se retirer et favoriser une transition démocratique pacifique.

 

A tous ceux-là, je ne crois pas que BIDEN et KERRY aient eu tort de rappeler ce qui devrait être.

 

 

Al Tricky !

 

 

 

   

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’