larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|CENTRAFRIQUE : La difficile sortie de crise

Publié par La revue2analck sur 24 Juillet 2014, 13:30pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|CENTRAFRIQUE : La difficile sortie de crise

Pas plus que pour son prédécesseur Michel DJOTODIA, la sortie de crise demeure toujours vaine, pour Catherine SAMBA PANZA, l’actuelle présidente par intérim de la CENTRAFRIQUE.

 

En effet l’ancienne maire de la capitale centrafricaine, n’aura jamais su prendre les choses en main; en tout cas pas aussi bien qu’on l’aurait espéré. Et pour cause.

 

Jamais la crise centrafricaine ne connaitra sous sa direction du pays, le détour d’apaisement que toute l’opinion internationale espérait en s’investissant sous diverses formes [militaires, humanitaires comme financières].

 

En dehors des complications intrinsèques au bassin politique centrafricain lui –même et hormis les aspirations inavouées de certains de ses voisins régionaux ; il semblerait bien que l’évolution du conflit de son versant politique vers celui plus complexe de la religion, est venu entraver bien des possibilités de sortie de crise qui pouvaient être espérées.

 

L’insatisfaction née du partage des pouvoirs, ne viendra que conforter la discorde naissante et qui rajoutera à cette crise qui n’en demandait pas tant.

 

Depuis ; la SELEKA a réclamée la partition du pays histoire de se donner certainement quelque contenance politique durant les négociations qui s’annonçaient à Brazzaville.

 

Sur la même lancée, l’ancienne rébellion s’est empressée de reconduire à sa tête son ancien chef Michel DJOTODIA ; refugié à Cotonou, depuis qu’il a été démis de ses fonctions à Ndjamena.   

 

Ces manœuvres visant à donner l’impression de demeurer une force politique structurée et organisée ; ne sont en fait selon les observateurs, qu’une malice de la part de la SELEKA, pour masquer ses nombreuses divergences internes, qui ont contribuées d’ailleurs à lui nuire lorsqu’elle avait la gestion de la Centrafrique.

 

Au forum de Brazzaville consacré à la question centrafricaine, je doute qu’aucun des observateurs ou des participants ait été dupé par la manœuvre ; mais de toute évidence, la recherche d’un accord même ’’à minima’’ aura été plus fort et surtout le plus important pour la Centrafrique, en l’état actuel de sa situation .  

 

Il n’y a plus qu’à attendre de voir ce qu’en feront les parties signataires ; et surtout si ce début de sortie du tunnel survivra aux multiples dissensions qui n’arrêtent pas de se faire entendre au sein de la SELEKA .

 

Al Tricky !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’