larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Bénin : Le bal des nominations et leur implication

Publié par La revue2analck sur 24 Juin 2014, 16:53pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Bénin : Le bal des nominations et leur implication

Deux récentes nominations paraissent nécessiter mon attention et mieux mériteraient de passer au crible de ma réflexion.

 

L’une au sein des membres de la CENA, porterait sur la personne du fils du président du PRD, tandis que l’autre relèverait du choix porté sur la personne de l’épouse du président du conseil constitutionnel.

 

Rien de bien grave apparemment étant donné surtout que dans un cas comme dans l’autre, toute défaillance liée à leur éventuelle compétence à exercer les missions qui seraient prochainement les leurs ; est heureusement à écarter.

 

Tout comme le fait que par le privilège de leur situation sociale, ils ne vont pas non plus emmarger, sur la liste des demandeurs d’emploi béninois.

 

Deux conditions, loin d’être exclusives qui auraient pu les écarter de la liste de ces nominations ; mais qui fatalement les y ramèneront, du fait de leur attribut familial.

 

Si l’un est comme je l’ai souligné plus haut le fils de l’inamovible président du PRD, il ne fait aucun doute que son choix est loin d’être anodin, d’autant plus que jusqu’ici, on ne saurait lui reprocher, en dépit de sa stature politique au Bénin ; d’avoir cherché à projeter sa progéniture au devant de la scène politique béninoise.

 

Ce qui m’amène à penser que ce choix qui ne saurait nullement l’excuser, est certainement celui de sa totale défiance envers les cadres de son parti qui est plutôt coutumier ces derniers temps ; de multiples crises internes ; quand il n’essaie pas d’endiguer la saignée continue de ses cadres.  

 

Il n’est pas exclu non plus, que le choix du père, ait été le produit de l’insistance d’un fils qui voudrait peut-être imiter la descendance d’une autre figure politique emblématique du pays béninois.

 

Ma déduction analytique le cas échéant ; acceptera volontiers de subir une relative inclinaison sans pour autant renoncer à l’essentiel de son fondement qui a rapport au fait que d’une manière ou d’une autre le président des ’’tchoco tchoco’’ aura prêté le flanc, plus qu’il n’en faut, aux critiques de ses détracteurs.

 

Mais peut-être que la filiation et les liens du sang sauront cette fois résister à la traîtrise politique dont le PRD n'a que trop souffert dernièrement ; même si l’expérience politique béninoise, à pu déjà démontrer; que ces paramètres sont loin d'être le gage d'une quelconque fidélité face à l'attrait du pouvoir.

 

Quant au choix de l’épouse du président de la cour constitutionnelle, sur le quota des nominations du président de la république à la HAAC, je ne saurais m’ôter l’idée de la manœuvre politicienne, voire perverse qu’elle pourrait cacher.

 

Non seulement elle restreint un peu plus le champ d’indépendance déjà entamé du président de la haute institution dans ses prises de positions ; mais en plus cette nomination ne reste pas sans soulever d’autres questions relatives notamment à l’éthique.

 

Imaginerait-on un seul instant, que le doute n’effleurerait –il pas notre esprit commun, si d’aventure la cour constitutionnelle devait se prononcer sur un comportement ou une décision de la HAAC, institution par excellence dont l’une des membres ne serait rien d’autre que celle avec qui le président de la cour constitutionnelle, partage sa vie ?

 

Il y a manifestement une étanchéité nécessaire qui de par le fait de leur communauté de vie, ne serait plus respectée ; afin justement d’éviter, le moindre risque d’influence, dont on pourrait éventuellement soupçonner la décision de la cour constitutionnelle.

 

Cette nomination pose à l’évidence un problème d’ordre moral, qu’il m’est difficile d’imaginer, qu’il n’ait pu effleurer le refondateur ou ses conseillers.

 

A supposer dans l’extrême hypothèse à peine crédible ; que le pouvoir ait pu ignorer une telle chose ; qu’en est-il de l’esprit si retors du président de la cour constitutionnelle lui-même, ou tout simplement du bon sens commun et de la répartie qui certainement caractérise son avocate d’épouse ?       

 

 

Al Tricky !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’