larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|BENIN : le 4 avril, pourrait marquer un nouveau tournant dans la tension sociale.

Publié par La revue2analck sur 9 Mars 2014, 07:12am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue, #Les mots 2 @LNACK

|BENIN : le 4 avril, pourrait marquer un nouveau tournant dans la tension sociale.

Peu importe les moyens, seul compte l’issue.

 

Je pourrai presque conclure que c’est la stratégie adoptée par le pouvoir de la refondation, dans son approche de la crise sociale qui met en suspend, la vie socioéconomique du pays béninois depuis quelques temps.

 

Et à en croire les résultats ’’mitigés’’ mais tout de même appréciable, on aurait tendance à penser que le pouvoir aurait des chances de s’en sortir.

 

Dans les faits ; et au regard semble-t-il de la décision du refondateur, de concéder aux syndicalistes les deux mois de défalcation ; les syndicats de la santé et ceux du personnel de la justice, ont décidé de reprendre le chemin de leurs bureaux, avec pour engagement un moratoire d’un mois ; pour apprécier la bonne foi du gouvernement.

 

Pour les autres syndicats, l’annonce du refondateur, n’était pas assez engageant, pour lui accorder le même crédit. Mieux ; puisque rien n’a été dit sur les autres points de leurs revendications ; ils n’ont pas jugé bon de suspendre ; ne serait-ce momentanément, leur grève.

 

Sauf que quelque part, même si l’une et l’autre partie des syndicats sont entièrement dans leur bon droit ; il ne reste pas moins que de fait ; elles se retrouvent dans une posture qui les prédispose à une possible division.

 

Or personne n’ignore que le pouvoir de la refondation affectionne particulièrement ce cas de figure quand il se retrouve dans la confrontation avec le monde syndical.

 

Après ; il ne lui suffira que d’aiguiser les appétits des uns, en continuant à faire languir les autres. Classique mais efficace pour réduire à néant la portée d’un mouvement dont la rudesse, commençait par vraiment peser sur le pays béninois.

 

Aussi estime-je ; qu’il aurait fallu pour les syndicats quelque fut la position, qu’ils eussent adopté, d’éviter la scission de fait ; dans laquelle ils se retrouvent ; et qui pourrait sur le fond et la durée les pénaliser.

 

Mais ça n’est qu’une façon de voir, qui en rien n’excuse par ailleurs,le fait pour le gouvernement, s’il venait une fois encore, à procéder de cette détestable manière qu’on lui reproche. Car en réalité il ne ferait que réduire  l’impact du mouvement de grève ou peut-être le perturber ; mais sans vraiment jamais parvenir à en arriver au bout.

 

S’il est cependant une seule chose, dont j’ai pleine conscience, c’est que mon analyse n’aura réellement un sens qu’à partir du 4 avril prochain, qui marque la fin du moratoire que les syndicats de la santé et de la justice, ont accordé au gouvernement.

 

@LNACK ! 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’