larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Devrait-on plaindre le procureur GBENAMETO?

Publié par La revue2analck sur 16 Janvier 2014, 09:37am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue, #Les mots 2 @LNACK

|Devrait-on plaindre le procureur GBENAMETO?

Il est vrai en effet que rien n'est acquis, et que tout reste à gagner, même si parfois, il peut arriver que le cours des évènements, de par leur bonne fortune à notre égard, peut nous donner cette euphorique impression que tout nous est dû ou permis; que nous sommes forts puissants et inébranlables.

 

Pourtant, la prudence exige que ce soit justement en ces périodes, qu'il faudrait savoir raison gardée, essayer de relativiser les choses, et se dire que rien n'est éternel, ni figé dans le temps, et surtout qu'en politique, il n'y a rien de plus instable et versatile que l'humeur de ses acteurs.

 

Pour ne l'avoir pas bien appréhendé, ou tout simplement ignoré, on pourrait malheureusement l'apprendre à ses dépends.

 

Et je ne crois pas si bien le dire, suite à l'interview de l'ancien procureur, dont je viens de prendre connaissance dans les colonnes de LNT.

 

La chose paraît ahurissante, et dépasserait certainement l'entendement du commun des béninois.

 

Non pas pour les raisons de son apparente mise en résidence surveillée de fait; puisqu’on le sait, pour cela; il ne devrait s'en prendre qu'à lui-même. Mais surtout parce qu'il ose s'en plaindre, alors même que ces mesures de contraintes et sans nul doute arbitraires, il n'a pas hésité, à les prendre à l'égard d'autres justiciables, du temps où tout puissant, il ne se sentait la moindre âme compatissante.

 

Alors pourquoi devrait-on en faire la preuve à son égard, maintenant que par la force des choses, il se trouve dans une situation, où il pourrait prendre conscience du ressenti de tous les justiciables dont il a pu avoir à décider du sort.

 

Et mes propos n'on aucune connotation vengeresse, loin s'en faut; ils visent tout simplement à espérer que par ce passage, le procureur puisse prendre conscience des sentiments et des conditions de ceux qu'il a contraints à y passer; avec l'espérance si toutefois il venait à nouveau à officier, qu'il s'en souviendra au moment de prendre ses décisions.

 

Il y a encore un ou deux jours, pour l'avoir considéré comme étant en fuite, alors qu'il serait en train de se faire auditer par ses pairs du conseil supérieur de la magistrature, le pouvoir aurait ordonné la perquisition du domicile d'un ancien ministre de la république, avec qui on le présumait en amitié, alors même que ce dernier niera entretenir, la moindre forme d'amitié avec le procureur.

 

La gageure évidemment de la décision de perquisition et les désagréments moraux, qu'elle pourrait occasionnée chez le perquisitionné, sont hors de propos et dépassent tout entendement. Voilà la manière de fonctionner du système auquel il a participé, au point de damner son âme.

 

Cette brève piqûre de rappel, avait juste pour but, de faire prendre conscience à notre procureur, de la dimension de ce à quoi il a collaboré, avant d'en faire les frais.

 

Aussi me plaît-il de préciser que pour l'honneur et le prestige de la fonction de procureur; même s'il est inconcevable d'espérer priver celui qui en est investi de toute conviction politique, y compris à l'égard peut-être du pouvoir qui l'aura nommé; cela ne devrait en aucun cas faire de lui le bras armé de ce pouvoir.

 

Le cas échéant, c'est le système judiciaire tout entier, qui s'en trouve perverti. 

 

 

 



Al Tricky ! 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’