larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|L’efficience de l’aide au développement, ne saurait s’apprécier sans un contrôle de la corruption.

Publié par La revue2analck sur 16 Décembre 2013, 15:15pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|L’efficience de l’aide au développement, ne saurait s’apprécier sans un contrôle de la corruption.

Le vecteur essentiel, à l’insu duquel l’appréciation et l’efficacité de l’aide au développement ne saurait avoir un sens ; reste le contrôle voire l’éradication de la corruption.

 

Il paraît à mon avis illusoire, voire irresponsable d’espérer appréhender la question de l’aide au développement en l’omettant du facteur principal dont il pâtit et qui en réduit la portée.

 

Point n’est question de se l’occulter ; si l’aide au développement a connu une certaine baisse ; ça n’est pas exclusivement, à cause des conditions drastiques auxquelles les pays du nord ont dû faire face, du fait de la crise des dettes souveraines.

 

Cela tient également de la mauvaise gestion qui a souvent été faite dans nos pays ; de l’aide au développement.

 

Quand le pactole n’a tout simplement pas fait l’objet d’une appropriation personnelle ; c’est le détournement de son affectation initiale qui est à déplorer.

 

S’il n’a pas été totalement ou partiellement amputé par des circuits opportunistes; c’est parfois le malheureux usage qui en a été fait qui est souvent à décrier.

 

Une accumulation de forfaits proprement indignes d’états supposés en souffrance d’aides et qui de fait; suscite une certaine révulsion de la part des donateurs, de part la gestion qui a été faite ; au fil des années, de cette aide.     

 

Qu’est-ce qui serait à la base du refus d’octroyer au Bénin, un nouveau volet du faramineux programme du MCA ?

 

La corruption ! Dont acte .

 

Ceci étant, la bienveillante sollicitude du Nord à l'égard du Sud ne m'offusque pas pour autant; même si je reconnais par ailleurs; avoir quelque mal à espérer un jour le continent sortir du paradoxe dont il s’affuble depuis des millénaires ; lorsqu’il revendique à hue et à dia ; son autonomie et son indépendance ; alors même qu’il ne veut pas rompre avec la posture de la main tendue.

 

Je n’ai rien contre les indignations qui ne veulent plus entendre parler des présences militaires françaises ou autres sur le continent ; sauf qu’au même moment ; il nous est impossible d’assurer la porosité de nos frontières, ou encore de sortir par nous-mêmes ; des crises à l’origine desquelles nous sommes.

 

Le discours s’il en est, doit autant que faire se peut ; être en conformité avec le comportement, car il serait ridicule d’espérer se faire respecter, de quelqu’un dont notre survie dépend.

 

Ou encore de croire qu’on serrait en mesure d’imposer à notre « bienfaiteur », une conduite à notre égard ; à laquelle il ne voudra souscrire par simple convenance ou par politesse.

 

Le continent est à l’aube d’une croissance économique, qui le placera au centre de toutes les attentions internationales du point de vue économique.

 

C’est à mon avis dans cette optique, que toutes les initiatives doivent s’inscrire, pour espérer tout comme la Chine ; impacter de manière indélébile  le cours du monde.

 

Mais avant ; cela passera par l’assurance d’une certaine pacification sur l’ensemble du continent, pour ne pas rompre la courbe de croissance.

 

 

Al Tricky !

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’