larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Variations réflexives sur un thème : le régionalisme

Publié par La revue2analck sur 11 Septembre 2013, 10:15am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Variations réflexives sur un thème : le régionalisme

Il y a quelque chose de plus en plus en récurrent qui finit par m’être insupportable en ce sens que je crois que cette pratique qu’on le veuille ou non, porte en elle, des traces du germe du régionalisme que nous décrions tant, dans notre pays.

 

Il n’est pas rare en effet ; qu’à chaque fois qu’ils sont honorés à une fonction publique, nos cadres s’en vont remercier les populations de leur terroir d’origine.

 

En soi, ça n’est pas mauvais, loin s’en faut, c’est même louable et fort appréciable. Ils donnent en plus la preuve qu’ils sont conscients de leur condition d’homme et surtout d’où ils viennent.

 

Mais le plus souvent, après cette phase de reconnaissance et d’humilité, il s’en suit la mobilisation des populations du terroir, pour en constituer un terroir électoral au service du bienheureux que vient d’être nommé ; et par conséquent au service du président qui l’aura fait tel ministre ou tel responsable d’une société nationale.

 

Que ce processus s’opère de temps à autre, n’est pas constitutif de ce que je veux décrier ; mais quand il devient systématique comme on a tendance malheureusement à le constater ; je crois qu’il y a de quoi s’inquiéter.

 

Parce que la conviction politique, doit rester une faculté à la portée de tous. Et la personne qui la porte ou qui l’incarne doit pouvoir la partager avec les populations de n’importe quelle autre région que celle dont il est issu.

 

C’est d’ailleurs ainsi qu’il pourra conférer à cette conviction politique ; sa valeur nationale.

 

Dans cette optique ; un ressortissant du sud doit pouvoir faire d’une région du nord ou du centre ou même de l’ouest, son assisse électorale, sans que cela puisse choquer ; ou constituer politiquement un cas d’exception historique.

 

De même le ressortissant d’une région septentrionale du pays et qui a vécu tout le temps dans une ville du sud, du centre ou de l’est de ce pays, doit également pouvoir en faire, son fief électoral, sans avoir à subir les affres du fameux « il n’est pas d’ici », ou « il n’est pas des nôtres ».

 

L’un et l’autre en effet, doivent pouvoir ; indépendamment de la région dont ils pourraient être originaires ; être à même de proposer aux populations dont ils voudraient solliciter le vote ; un programme qui transcrit tellement leurs réalités ; pour que ces dernières s’y retrouvent assez ; et par conséquent y adhèrent.

 

La complexité évidente de la tâche, sans aucune certitude sur sa finalité ; pourrait pousser, ou du moins semble pousser les hommes politiques béninois à opter le plus souvent, pour la fibre régionale.

 

Mais en tirant inlassablement sur la même corde, elle finit bien évidemment par se rompre.

 

La simple présence de deux ou plusieurs leaders natifs de la même région, sur laquelle ils voudraient opérer leur assise est déjà sujet à de rudes dissensions, fort déplorables.

 

Inévitablement il y a une prédisposition de nos populations sur l’idée, qu’il n’y aurait que les natifs de leur région, qui puissent travailler à son développement. Ce qui à l’évidence, est tout aussi loin d’être une certitude.

 

En fait l’effort que je demande à nos hommes politiques ; c’est de pouvoir, dans leur quête au moindre mandat électif ;  s’affranchir si possible, du seul fait qu’ils appartiennent à la communauté, ou qu’ils sont avant tout originaires de la même région ; que les électeurs dont ils sollicitent le vote.

 

Le support de mon propos est tellement mince; qu’on pourrait facilement se méprendre sur la nuance du débat qu’il compte mener.

 

C’est pourquoi je me fais fort de repréciser, qu’il n’a pas pour but d’éloigner l’élu de sa base locale qui se trouve être le plus souvent sa localité d’origine ; encore moins d’opérer une cassure du lien de prédilection entre les deux éléments.

 

Mais je pense que pour réussir à combattre le régionalisme ; les politiques sur le terrain doivent pouvoir eux-mêmes, en donner des gages, qui vont au-delà de la simple communication politique.

 

Je pense tout simplement que le pays béninois gagnerait à ce que ses hommes politiques s’emploient à proposer un message politique de qualité et de bonne facture ; qui colle réellement aux réalités quotidiennes des électeurs où qu’ils se trouvent et de quelque région du pays dont ils pourraient être originaires.

 

Si ce message politique et le projet qu’il véhicule est assez fort et singulièrement assez représentatif _ en termes de propositions et surtout de solutions _ de ce à quoi, les populations seraient en droit d’espérer, pour une amélioration de leur quotidien; je crois en effet, qu’à leur tour,  ces populations pourraient s’affranchir ; de cette illusion qui leur fait croire, qu’il n’y aurait qu’un natif de leur région, qui pourrait mieux les servir.

 

Partout où il s’établit sur le territoire béninois; l’homme politique doit pouvoir militer et porter son ambition politique ; pour autant que cette ambition et le message qu’il sous-tend, cadre au mieux avec les réalités de la localité où il espère exécuter son mandat.

 

Le tout sans devoir à subir, une répulsion liée exclusivement, au fait qu’il ne soit pas de cette localité ou de cette région.

 

En effet, je crois que le caractère et surtout la qualité du message politique qu’il voudrait relayer, devrait pouvoir suffire à l’homme politique, pour susciter les adhésions et créer une osmose autour de sa personne et de son projet.

 

Et ceci sans qu’il n’ait à flatter excessivement cette similarité originelle, où ce lien communautaire qu’il pourrait partager avec ses électeurs.

 

Le pays béninois gagnerait à ce que ses hommes et ses femmes politiques travaillent à faire prévaloir le message politique sur les considérations communautaires ou régionalistes.

 

 

 

Al Tricky !

 

 

 

 

Commenter cet article

ASPILIcuerta 11/09/2013 15:27

sauf que sur le fond,les politiciens y gagneraient en crédibilité, à pouvoir s'imposer sur d'autres terres que les leurs. Le message politique y gagnerait aussi,surtout en qualité, mais effectivement les fondements du mal régionaliste, s'en trouveraient quelque peu ébranlés.Et ça ; on ne peut pas dire que ça nuirait à l'embellie du monde politique béninois

jean2Dieu 11/09/2013 15:16

Croyez-moi ou non, mais ça là, c'est trop compliqué pour le politicien de ce pays. Lui , il veut tout avoir, tout mangé, le plus vite possible, avant d'être révoqué par le PREGO.

Tchèkèèè 11/09/2013 15:19

aBSOLUMENT d'autant plus que ce propose TRICKY, même si dans l'idéal c'est ce qui est souhaitable. Seulement voilà il faut du temps pour y arriver. Et tt passe si vite en politique. Donc option pour la solution facile.

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’