larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Conclave des Pdts des institutions : HOLO aurait dû s’en tenir à son obligation de réserve !

Publié par La revue2analck sur 26 Août 2013, 11:33am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Conclave des Pdts des institutions : HOLO aurait dû s’en tenir à son obligation de réserve !

Il est clair que le président de la cour constitutionnelle ne serait pas contre une éventuelle révision de la constitution, c’est du moins ce qui se lie en filigrane de ses propos :

 

 

Réaction du Pr HOLO, au sortir du conclave des Présidents des institutions

Mais cette position du Pr HOLO ne m’étonne guère, puisque j’ai eu à en démontrer le mécanisme lors de sa nomination à la direction de la haute institution.

 

Holo en porte parole du gouvernement de la Refondation ?

 

C’est du moins l’impression qu’il donne lorsqu’il reprend les mêmes

 

«éléments positifs qui contribuent au renforcement du processus démocratique, ne serait-ce que par rapport à la question de l’imprescriptibilité des crimes économiques, ne serait-ce que par rapport à l’exigence de la création d’une Cour des Comptes, qui est une directive de l’Uemoa, ne serait-ce que par la professionnalisation de la Commission Electorale Nationale Autonome, qui doit être le garant de la qualité des élections qui sont organisées au Bénin. » 

 

pour apporter une sorte de justification à l’initiative révisionniste du gouvernement.

 

Sur les chiffres et les statistiques : ça se discute !

 

Personne n’ignore que les chiffres et statistiques que nous produisent les ONG  ou les instituions financières ; fussent-elles celles de Bretton Woods ; sur la situation sociale ou économique de nos pays sont loin d’être aussi immuables que veut nous faire croire le Pr HOLO.

 

La plupart de ces chiffres sont la résultante et l’interprétation de paramètres objectifs, qui sont mis en perspective. Il suffit d’une simple erreur d’appréciation ou de perception sur ces données, pour remettre en cause toutes les prévisions élaborées.

 

Ça n’est certainement pas au Pr HOLO qu’il faudra rappeler que les exemples où le FMI ou la BM ont dû revenir sur leurs prévisions, ou qu’ils se sont simplement trompés sur leurs prévisions au sujet d’un pays ; sont de plus en plus courantes.

 

Récemment encore les économistes du FMI ont dû admettre avoir fait des erreurs de calcul, sur le sauvetage de la Grèce.

 

Ce que je voudrais dire ne touche en rien par ailleurs à la renommée ni au travail qui se fait par ces institutions, ce que je voudrais souligner, tient à ce qu’une simple erreur peut fausser un jugement, et que les erreurs sont toujours possibles, pour autant qu’elles partie intégrante de l’ADN humain.

 

Par conséquent le Pr HOLO devra relativiser avec les chiffres et les statistiques qui figurent dans les rapports qui lui parviennent sur la situation du pays béninois.   

 

Les seuls paramètres immuables dans l’appréciation globale de la situation d’un pays, restent et demeurent la qualité effective et réelle, du niveau de vie de ses populations.

 

La situation est plus grave qu’elle n’y paraît !

 

Le véritable facteur de croissance et de développement d’un pays ; dépend surtout et avant tout de la nature de la gouvernance qui s’y pratique ainsi que de la qualité de sa démocratie.

 

La perception et l’appréciation du niveau de vie des populations d’un pays sont forcément faussées, lorsque la richesse générée par ce pays est inégalement répartie. Les derniers mouvements sociaux connus par le Brésil _ éminent membre du club serré des pays émergents _ en est  la preuve palpable.   

 

Souvent, les seuls à même d’avoir conscience de cette situation, sont justement les couches paupérisées de la population, qui ne bénéficient pas toujours des embellies économiques dont les grandes institutions financières affublent la gestion de leur pays.

 

Et le seul moyen pour ces populations de donner le signal d’alarme à leurs dirigeants, afin qu’ils prennent conscience de la réalité de la situation, aux fins peut-être de rectifier le tir ; c’est encore de sortir dans les rues pour donner leur avis.

 

Mais au Bénin, il y a longtemps qu’aucune manifestation même pacifique, n’est plus autorisée, si ce n’est pas pour adouber le refondateur.

 

La dernière en date ; qui devait se tenir samedi, pour donner l’occasion aux antis révisionnistes, de marquer leur opinion dans le supposé débat censé se tenir sur le projet de révision de la constitution ; aurait été ; tout comme les précédentes du genre, interdites par le gouvernement.

 

Mais à force d’étouffer ces manifestations des libertés d’expressions ; le pouvoir de la refondation s’impose des économies de crises ; qui en s’accumulant, finiront par déborder du cadre dans lequel il voudrait les contenir.

 

Et le plus souvent, l’explosion qui s’en suit n’a rien de vraiment souhaitable, pour aucun pouvoir responsable.

 

Mais je doute que le Pdt de la cour constitutionnelle, ait poussé sa réflexion aussi loin, que je m’y suis autorisé ; aussi aurais-je souhaité qu’il s’en tienne à son obligation de réserve ; car l’avis du citoyen Théodore HOLO et son impression sur la vie politique de son pays ; ne saurait ; ne lui en déplaise, être  écarté de son statut de président de la cour constitutionnelle.  

 

 

Al Tricky !

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’