larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Bénin : et si on revenait à l’actualité réelle ?

Publié par La revue2analck sur 22 Mai 2013, 13:48pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|Bénin : et si on revenait à l’actualité réelle ?

Je reconnais que c’est un euphémisme que de le penser, puisqu’aujourd’hui le juge d’appel parisien aura à se prononcer sur la demande d’extradition de Patrice TALON, sollicitée par le gouvernement béninois.

 

Si toutefois, ce dernier venait à se prononcer ; car en réalité, il n’est pas exclu que pour des raisons à son avis valables, le juge parisien de la Cour d’appel décide de reporter sa délibération.

 

Aussi ai-je pensé qu’avec les derniers retournements qu’a récemment connu cette affaire, dans son versant béninois, on pourrait commencer par craindre une certaine saturation.

 

Et même si aucune information ne mérite vraiment  d’être  passée sous cape ; la confrontation des égos ; à laquelle l’homme d’affaire béninois et le premier des béninois, s’appliquent à se livrer, commence vraiment par se faire.

 

Je pense sincèrement que le pays en a assez pâti; surtout qu’à la fin, les véritables enjeux, hormis la satisfaction que pourrait éprouver le supposé vainqueur du duel juridique qui les oppose ; se situent au niveau des conséquences économiques qui pourraient en découler, pour l’Etat béninois.

 

Et encore !

 

Car c’est sans compter avec les dégâts collatéraux que cette confrontation aura sur l’image de la démocratie béninoise.

 

Mieux !

 

Pour ceux qui l’ignoreraient, au bout de la bataille juridique, et dans l’hypothèse ; je dis bien l’hypothèse où le juge français ouvrira droit à la demande de la partie béninoise ; il y aura certainement une intervention politique pour valider la décision. Et croyez-moi ; en politique, rien n’est acquis d’avance.

 

Ce que je voudrais exprimer à travers mon propos, c’est que tout ce tintamarre  qui se fait autour de cette affaire, ne compte en effet que pour du flan.

 

La seule décision, qui à la fin, aura droit de citer, est celle des politiques français.

 

Et qui oserait prétendre la connaître d’avance ?

 

Pour la petite histoire, dans les précédents cas de figure; semblables au cas d'espèce, jamais le gouvernement français ne s'est laissé aller à extrader .

 

Alors il serait temps de se reconnecter sur l’Etat de la nation béninoise, pour déplorer le bazar qui à pris place sur le campus du Parakou, ou alors pour s’extasier de ce que la principale force d’opposition au Bénin, l’Union fait la Nation, se redécouvre les vertus de la lutte politique dans son sens le plus pratique.

 

 

Al Tricky !

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’