larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Yayi BONI se voit-il encore en président en exercice de l’UA ?

Publié par La revue2analck sur 13 Février 2013, 15:21pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

 

 

 

 

C’est du moins ce que je suis tenté de penser à la fin du visionnage de l’entretien que le refondateur a accordé à la chaîne France 24, durant son dernier séjour en France.

 

Du Mali, il aura été question, c’était du moins prévisible ; mais ce qui l’était moins c’est la vision et les sentiments du président béninois, sur le développement de la crise au Mali.

 

Faire évoluer la MISMA en une opération de maintien de la paix des Nations Unies, serait souhaitable dans la mesure où elle permettrait aux troupes françaises de se désengager, sans trop de dégâts pour le Mali ; elle permettrait aussi de faciliter la mobilisation des fonds de roulement de l'opération.


Mais étant donné les velléités revendicatives des extrémistes, il ne serait pas impossible que la situation au Mali prenne les allures de la situation qui prévaut en Somalie, et dans cette hypothèse, il va falloir se faire à l’idée que les forces de maintien de paix, ne seront pas prêtes de quitter de si tôt le Mali.

 

Sur l’éviction du capitaine SANOGO de l’équation politique malienne, c’est une des meilleures chose qui pourrait arriver à ce pays, seulement que ce dernier n’a jamais eu l’intention de tout laisser tomber, sinon à quoi bon se trépignerait-il à la moindre occasion, pour se rappeler au bon souvenir des politiques maliens. La récente fusillade fratricide entre ses « bérets verts » et les « bérets rouges » réputés proches de ATT, en est encore la preuve palpable.


Quant au prolongement du mandat du président intérimaire DIONCOUNDRA, même si à l’observation de la crise malienne, il serait difficile d’envisager le contraire ; je ne crois pas qu’il soit futé encore moins prudent de l’évoquer de sitôt, alors même qu’un calendrier des échéances politiques tenant lieu de feuille de route, vient d’être voté et que cela à certainement contribuer à motiver les bailleurs de fonds.


Enfin sur le terrain national béninois, le refondateur, reste persuadé d’avoir été l’objet d’une tentative d’empoisonnement et assure qu’il s’en irait en 2016.


Pour ma part et sur le premier point; je crois qu’il serait mieux en dépit de toutes les bouffonneries qu’on peut relever dans le dossier; qu’il vaudrait mieux, laisser l’instruction suivre son cours.


Quant à ses prétentions pour 2016, il lui appartiendra d’en donner les preuves le moment venu. Pour l'instant il devra souffrir, qu’on puisse douter de sa crédibilité.

 

Al Tricky !

 

 

new mini logo

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’