larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Que peut la colère de Yayi Boni contre le capitaine Sanogo ?

Publié par La revue2analck sur 17 Décembre 2012, 15:28pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

S’il est une chose qu’on ne saurait ôter au président en exercice de l’UA, c’est certainement son exaspération au sujet des ingérences intempestives du capitaine Sanogo, dans le processus de sortie de crise engagé au Mali, et qui n’est pas prêt, semble –t-il de connaître une issue.

 

En effet alors que l’engagement militaire était en passe d’être retenu comme solution pour la libération du nord-Mali ; force est de reconnaître qu’aujourd’hui, la tendance semble avoir été inversée, au point d’accorder de fait, la priorité au dialogue avec les islamistes qui assiègent le nord du Mali.

 

De toute évidence, ça n’est pas la logique prônée par certains chefs d’état de la sous région dont le président béninois, qui semble avoir actuellement la côte.

 

Alors si en plus, le capitaine trublion, vient agrémenter le tout avec sa note toute particulière, avec pour incidence, la démission forcée de Cheick Modibo Diarra ;  il y a vraiment de quoi mettre le refondateur hors de lui, ce qu’il ne s’est pas fait prier, pour exprimer en demander tout simplement au capitaine SANOGO, de se retirer.


 

 

 

Seulement que l’invitation du président en exercice de l’UA laisse de marbre l’homme du 22 mars 2012 ; qui n’entend nullement se retirer de la vie politique malienne.

 

Preuve en est que pour mettre la dernière touche à la formation du nouveau gouvernement ; aussi bien le nouveau premier ministre que le président par intérim, ont dû le rencontrer.

 

Alors n’en déplaise au président Yayi Boni,ainsi qu'à tous ceux qui comme moi ne supportent plus les facéties de Sanogo; il va falloir malheureusement continuer à endurer de compter avec lui.

 

P nervalPnerval !

 

 

 

 

 

new mini logo 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’