larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Pauvre Centrafrique ; Pauvre Afrique !

Publié par La revue2analck sur 25 Mars 2013, 12:09pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

Pour ce qui concerne le scénario qui  s’est déroulé à Bangui durant le weekend end, tout s’est passé de manière assez évidente et si prévisible que je me demande si cela vaut la peine d’en parler.


Par contre je plains le peuple centrafricain, pour qui ce genre de drame est devenu comme un évènement cyclique qui semble désormais lié intrinsèquement à son vécu politique.


Pour le reste les poncifs restent le même.


Un président éloigné des réalités de son peuple ; et qui laisse dépérir une situation sociale en privilégiant une oligarchie essentiellement composée de ses proches.


Une armée laissée aux oubliettes, sans réformes ni formations, surtout par crainte d’en faire une structure trop forte et qui pourrait se révéler dangereuse, que par le souci nécessaire qu’elle pourrait aussi défendre l’intégrité souveraine.


Enfin cette insatiable soif du pouvoir, qui caractérise souvent nos dirigeants ; tellement et si bien, qu’il leur arrive d’en devenir l’esclave ; au point de leur faire  perdre de vue ou peut –être d’ignorer sciemment ou non ; les portes de sortie que le sort parfois laisse  entrouverte.


Pour BOZIZE, les accords de Libreville étaient le moyen pour lui de pouvoir se retirer par le haut. Mais encore eut-il fallut qu’il en ait conscience. Et peut-être même qu’il en avait conscience ; mais en sous estimant la volonté des rebelles Seleka à le faire partir du pouvoir. Tout comme il a certainement surestimé le rôle des forces d’intervention présentes ou ignoré de prendre la pleine mesure de l’indifférence affichée de la puissance coloniale.


Car en faisant le choix de ne pas respecter à la lettre les accords de Libreville, encore moins de faire preuve d’une véritable volonté de négociation avec les rebelles, il signait tacitement la fin de son règne.


Et ça na pas loupé !

 

Quant aux nouveaux hommes forts de Bangui; il n'y a plus qu'à espérer qu'ils seraient meilleurs pour le peuple centrafricain, que ceux à qui ils succèdent; puisqu'au vu de l'histoire tourmentée de ce pays, il n'est pas nécessaire d'avoir les dons de Nostradamus, pour deviner comment cela se terminera pour eux.


P nervalPnerval !

 

 

 

new mini logo

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’