larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Mise en œuvre de la Haute Cour de Justice au Bénin, réelle volonté ou manœuvre politicienne ?

Publié par La revue2analck sur 16 Janvier 2013, 15:08pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

 

Par une correspondance dont copie reproduite çi - après, le président de la république aurait contacté le président de la représentation nationale, aux fins de la comparution devant la HCJ, de deux anciens ministres nommément cités dans la dite correspondance et qui seraient impliqués dans le scandale de la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale.

LETTRE-_PR.PNG

 

S’il faut saluer une telle démarche, malgré le temps qu’il aura  fallu avant sa prise de décision, on ne peut manquer de s’interroger sur les réelles intentions du pouvoir de la refondation.

 

D’abord parce qu’il apparaîtrait qu’une telle mise en œuvre, telle quelle de la HCJ serait impossible, du fait de quelque défaillance légale dont elle recèlerait et qui l’empêcherait de remplir cette mission constitutionnelle.


Ensuite si tel est le cas, se peut-il que le refondateur n’en sache rien ?


Enfin le cas échéant, pourquoi alors demander la mise en œuvre d’une procédure, qu’il saurait impossible d’être conduite à son terme ?


La résultante de ces interrogations, me conduit à penser que le choix des justiciables ainsi que de l’affaire dans laquelle ils seraient impliqués, ne sont peut-être pas aussi anodins, qu’ils pourraient vouloir paraître.


Il serait intéressant en effet pour l’exécutif, d’apprécier la diligence des députés, à parer aux difficultés de la loi organique de la HCJ, qui pourrait bloquer sa mise en œuvre ; étant entendu surtout, que le litige que la haute juridiction aura à connaître, portera justement sur la construction du nouveau site qui arbitrera la représentation nationale.

 

k-lyha bisK-Lyha !    

 

 

 

 

new mini logo


Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’