larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Méandres et arcanes des scandales de la vie politique béninoise

Publié par La revue2analck sur 14 Février 2013, 14:42pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

La clarté et la pertinence de la question orale posée au gouvernement par un collège de députés, au sujet de la mise en accusation du ministre   de l’environnement dans l’affaire de la construction du nouveau siège de la représentation nationale, est sans équivoque. Et si toutefois, le pouvoir prenait le soin d’y répondre avec le même souci ; il est fort à parier que bien des suspicions seraient levées.


Car sans préjuger de la contestabilité des pratiques mises à jour dans cette affaire, avec ces primes et ces jetons de suivi des travaux; bref !


Pourquoi auraient-ils  été applicables à ceux qui l’ont institué et en ont profité, alors que non content de les suspendre ou de les contester, on voudrait les imputer à l’actuel ministre de l’environnement, au titre d’une faute grave, voire d’un détournement ?

 

Il y a là évidemment, quelque chose de brumeux et d’opaque.

 

Tout comme dans l’affaire du recrutement des APE, où la brume semble s’être, quelque peu levée de l’opacité  qui régnait autour de cette affaire, surtout au niveau de la responsabilisation des auteurs.

 

Sans pour autant prétendre sursoir aux autorités compétentes en la matière, il apparaît nettement qu’il s’agirait d’une malversation manipulatrice, au regard des propos révélés dans la correspondance de la ministre à l’endroit du médiateur de la république.

 

Malversation supposément perpétrées par ses collaborateurs [DGFP et DRAE].

Le cas échéant, il y a une préoccupation notable qui s’impose et qui est loin d’être anodine ; la ministre a-t-elle ou non la main mise sur ses collaborateurs ?


Car une telle situation si elle venait à s’avérer ; supposerait le contraire ; d’où la nécessaire question de la nomination des collaborateurs des ministres.


Il n’est pas rare en effet au Bénin, qu’après les avoir nommés ; les collaborateurs des ministres, leurs soient en plus imposés. Et ce que relève cette affaire ; c’est la question de la nécessaire relation de confiance qui doit exister entre un ministre et ses collaborateurs, qui sont là; pour appuyer sa politique et son assise et non batailler en sourdine pour anéantir son action, et ruiner sa politique.

 

Le comble dans l’histoire, c’est qu’importe les origines et les causes de la malversation, il sera difficile, pour la ministre, de pouvoir se défiler face à ses responsabilités.


Le désir du pouvoir ; à tout contrôler peut avoir des revers cinglants dans la gestion quotidienne des  ministères.

C’est peut-être là ; un nouveau paramètre à intégrer dans la volonté de bonne gouvernance, dont se targue le pouvoir de la refondation.

 

Al trickyAl Tricky !

 

 

 

new mini logo

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’