larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Me Agbo aurait-il eu raison de prendre la poudre d’escampette ?

Publié par La revue2analck sur 25 Janvier 2013, 12:49pm

Catégories : #Les mots 2 @LNACK

Je suis marqué par un sentiment mitigé, suite à l’annonce de la "disparition" de Me Lionel AGBO après sa condamnation à 6mois  de prisons ferme.

De toute évidence il aurait pris le maquis, pour ne pas avoir à assumer sa peine.

C’est du moins, au regard des circonstances, ce qu’il convient d’admettre.

 

Dans un premier temps, on pourrait facilement penser qu’il s’agirait là d’une manifestation incivique, visant à se soustraire des conséquences des actes , ou plutôt, des propos, qu’on lui impute et pour lesquels il aura été condamné.

 

De toute évidence un tel comportement est condamnable. Et cela l’est encore plus au regard de sa personalité et de sa condition d'homme politique; au nom duquel il se doit d'incarner un exemple; une figure d'exemplarité civique, soucieuse d'incarner une nécessaire adéquation, entre ses actes et ses paroles.

 

Mais que peuvent bien valoir tous ces bons sentiments et ces valeurs morales, lorsqu’en face le pouvoir, alter ego surpuissant et exorbitant de droit commun, n’en a cure, et pis, s’autorise au gré de toutes sortes de manœuvres à réduire au silence ; toutes velléités contestataires à son hégémonie ?

 

C’est pour cela, que si pour des raisons à son avis valables, l’ancien conseiller spécial du refondateur, a décidé de prendre la poudre d’escampette, je ne saurais lui en faire le reproche.


Car de la lecture de son comportement, transparaît le sentiement manifeste et palpable d'une défiance totale dans le système.


Et qui mieux que lui, non seulement en tant qu' avocat, mais pour avoir été au coeur du système, peut se rendre compte d'une telle évidence?

 

Il faut croire en tout cas que notre système n’offre plus toute la garantie nécessaire, aux yeux de certains justiciables, qui en viennent à faire le choix de s’y soustraire, sans pour autant qu’on leur en veuille vraiment,on en viendrait presque à comprendre leur geste.


C’est dire le degré de discrédit qu’aura atteint le système du pouvoir de la refondation.

 

Et au risque de déplaire à quelques uns, la responsabilité ne relève plus exclusivement du refondateur, cette responsabilité  incombe également à tous ces courtisans qui, avides d’une hypothétique parcelle du pouvoir, se laissent aller à lui faire plaisir, au point d’ébranler, sans le moindre scrupule ; tout l’édifice démocratique béninois.

   

@lnack@LNACK !

 

 

 

new mini logo

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’