larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|De la surenchère des diversions comme mode de gouvernement !

Publié par La revue2analck sur 28 Février 2013, 14:44pm

Catégories : #Les mots 2 @LNACK

Au risque de me surprendre à surfer sur le même thème que la chronique d’hier signée d’AL TRICKY; je trouve tout de  même inimaginable que face à l’urgence  calendaire des échéances aussi importantes que celles qui s’annoncent pour la vie politique béninoise ; le pouvoir continue à s’employer à jouer des artifices, donnant presque l’impression qu’il ne saurait au Bénin, avoir une vie politique, en dehors des faits divers dont nous abreuve la techno structure étatique.


Rumeurs de Coup d’état, arrestations et mises en garde à vue fondées semblerait-il sur de probables « délits de rencontres » survenus à l’extérieur du territoire, entre des personnes dont le lien de parenté serait de notoriété publique.


Perquisitions sauvages en violation des règles élémentaires requises en la matière ; prorogation de garde à vue et tutti quanti.


KOOOOOOOYYYI !  


Même en prison sous certaines conditions ; il est permis de rendre visite à nos proches fussent-ils des criminels de guerre; mais au Bénin, semble t-il ce « droit de visite » serait proscrit, même quand il se déroule à l’étranger, entre des parents dont l’un serait suspecté d’un crime dont la réalité reste à prouver.


S’il s’avère que des crimes ont été commis ; alors qu’on arrête les intéressés et qu’ils soient jugés ou à défaut condamnés par contumace.


Mais si le parquet pour quelque raison que ce soit n’arrive pas à apporter les preuves irréfutables et j’insiste sur « irréfutables », de ses allégations ; s’il ne lui est pas possible d’en démontrer sans le moindre doute, le caractère probant. Alors il serait temps que le parquet en tire les conséquences qui s’imposent.

 

Aujourd’hui nous sommes au Bénin dans une situation qui s’apparente à un pays dont les populations ont faim ; un pays où le travail fait défaut et lorsqu’il y a des postes disponibles dans l’administration, ils sont tout de suite arrogés, dans des conditions contestables par l’oligarchie au pouvoir. La  précarité est devenue la norme; et le pays vivant en partie dans l’obscurité, depuis des lustres ; va à vau-l’eau ; sans pour autant qu’une réponse appropriée lui soit apportée.

 

Et face à un tel décor peu glorieux encore moins enviable, le pouvoir de la refondation, oppose scandales sur scandales ; il n’a de cesse d’évoquer une kyrielle de complots visant à le déstabiliser. Et quand la marmelade ne prend pas, alors il se rabat sur tout ce qui peut l’être, pour faire durer une ambiance glauque et teintée d’un perpétuel air de conspirations.

 

Du coup, il n’y a plus que cela qui préoccupe les instances dirigeantes ; alors même que les questions dignes d’intérêt, restent en suspens, lorsqu’elles ne sont pas tout simplement ignorées ou reléguées aux calendres grecques.

 

Bien sûr que la sécurité du refondateur est importante, pour peu qu’elle soit réellement en danger. Mais celle des populations béninoises ne le serait-elle pas pour autant ?

 

Et la première des sécurités pour le béninois moyen c'est d'espèrer aujourd’hui pouvoir vivre sous un toit ; et de rêver disposer d’un travail qui puisse lui assurer un revenu minimum ; afin d’assurer sa survie. Face à cette équation de base, le pouvoir pourrait –il jurer d’avoir un début de solutions ?

 

Je veux bien patienter jusqu’à la fin de la mandature ; pour espérer avoir la réponse du pouvoir.

 

 

@lnack@LNACK !

 

 

 

new mini logo

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’