larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Bénin : une démocratie de plus en plus fissurée

Publié par La revue2analck sur 29 Novembre 2012, 10:16am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

Comme une citadelle secouée par la multitude de scandales et les nombreux manquements, aux principes cardinaux de tout état de droit, la démocratie béninoise, lézardée de toute part, se meurt lentement mais sûrement, dans l’attente d'un coup de grâce. 

 

Les petites entailles, que lui porte le pouvoir de la refondation, à force de s’accumuler, finiront par avoir raison de cette démocratie si chère à la nation béninoise.

 

D’un côté le pouvoir prône ses bonnes intentions avec une politique qu’il voudrait réformatrice, promeut la bonne gouvernance, et mène grande cabale contre la corruption.

 

De l’autre, il ne rate aucune occasion d’entraver la bonne marche des libertés. Insidieusement ; les médias un peu trop loquaces se font rabattre le claquet. Les justiciables des nombreuses « affaires » qui pourrissent la vie politique depuis 2006, sont jetés en prison, sans aucune forme de procès.

 

Toutes ces manœuvres, sont autant de fissures qui laissent s’échapper la quintessence de notre démocratie, à petite dose, pour qu’on ne s’aperçoive pas, mais de manière assidue, au point qu’à la fin, il serait trop tard pour les populations béninoises, lorsqu’elles prendront conscience que leur république n’a de démocratie que le nom.

 

Quel est ce pouvoir de cette république qui se voudrait démocratique, alors même ; qu’il n’est pas en mesure de concevoir, l’idée de l’importance de l’opposition dans le système démocratique ?

 

Quelle est ce pouvoir de cette république, qui se voudrait démocratique, alors même que la simple critique aussi objective soit-elle, de la moindre de ses actions, est perçue comme un crime de lèse-république ?

 

Quel est ce pouvoir de cette république, qui se voudrait démocratique, alors qu’il n’a de cesse d’entraver l’expression des opinions  qui divergent de la sienne ?

 

La démocratie ne serait-elle plus le cadre de l’émulation des idées et des opinions, les unes contre les autres ?

 

Au Bénin semble t-il, elle ne répondrait plus aux principes de bases initiés par Clisthène, disciple de Pythagore, en 507 avant Jésus Christ et dont le discours de Périclès ; cité par Thucydide dans « Guerre du Péloponnèse », en fait un vibrant hommage en ces termes :

 

« Notre constitution est un exemple à suivre. Du fait que l’Etat, chez nous, est administré dans l’intérêt de la masse, et non d’une minorité, notre régime a pris le nom de démocratie. En ce qui concerne les différends entre particuliers, l’égalité est assurée à tous par les lois… »

 

 

k-lyha bisK-Lyha !

 

 

 

 

new mini logo

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’