larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|Bénin : Liberté de presse en danger !

Publié par La revue2analck sur 22 Novembre 2012, 15:13pm

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

De l’avis de nombreux observateurs de la vie politique béninoise, il est désormais acté, que la Chaîne de télévision Canal 3 Bénin, anciennement « canal opposition », est définitivement tombée dans l’escarcelle pro dithyrambique et propagandiste du pouvoir de la refondation.

Dans un récent post, j’avais invoqué avec mesure la responsabilité morale à laquelle étaient tenus les patrons de cette chaîne, à l’endroit des populations béninoises, qui se l’avaient « appropriée » ; tant se retrouvaient-elles dans la ligne éditoriale qu’elle incarnait et la liberté de ton qui s’y tenait.

 

Depuis il y eut cette interview présidentielle du 1er Août 2012 ; puis une certaine conférence retransmise en direct sur les ondes cette chaîne; pour que la messe de la liberté de presse et d'expression au Bénin soit dite.


La suite de l’histoire, nous la connaissons.


Et c’est pour cette raison justement que je m’autorise cet épilogue.


Le pouvoir de la refondation qu’il veuille le reconnaître ou non aura rabattu le claquet à l’outrecuidante ligne éditoriale, un peut trop libertaire à son goût ; de Canal 3 Bénin.


Et ça n’est certainement pas, les moyens détournés mis en œuvre, pour arriver à ce résultat escompté, qui absoudront le pouvoir de la refondation de sa volonté liberticide.


Car c’est bien d’une volonté liberticide qu’il s’agit, que de réduire la totalité de l’ensemble des chaînes de télé _ publiques et privées_  qui émettent sur le territoire béninois ; à se faire d’une manière ou d’une autre, le réceptacle du discours insipide et unique du pouvoir de la refondation.


C’est bien d’une volonté liberticide qu’il s’agit lorsqu’en dépit de la multiplicité des supports télévisuels, la diversité d’opinion n’est pas assurée. En tout cas, ce dont il est actuellement question dans le pays béninois est  tout ; sauf la manifestation d’une volonté scrupuleuse de promouvoir la liberté de presse et d’expression.


Peu importe la nature des manœuvres mises en œuvre, encore moins des conditions d’adhésion ou non de ces entités à la « voix du pouvoir » ; le résultat auquel nous sommes aujourd’hui confrontés au Bénin, sur le terrain de la liberté de presse, est sans équivoque, sur sa décrépitude.

 

L’apparente parution « aseptisée » par l’autocensure des supports papiers des périodiques béninois, pourrait nous porter à relativiser notre appréciation de la situation ; mais ce serait une erreur que de le penser, et encore plus de le faire parce que sans en avoir l’air, c’est l’un des piliers fondamentaux  de la démocratie qui est entrain de s’effondrer au Bénin.


Car même si les raisons restent à déterminer, il se fait que la majorité des parutions numériques des quotidiens béninois, n’existent plus sur le net.


EIles subissent au quotidien la menace à peine voilée d’une HAAC, qui ne prend aucune précaution, pour sanctionner sans ménagement et dans l’extrême rigueur, « les exactions » ou ce qu’elle considère comme telle.


La traque infernale, dans l’esprit, comme dans le texte ; que cette institution mène sur les productions journalistiques, n’est pas de nature à leur permettre d’exercer sereinement leur métier.


Car de sa dernière sortie inquisitrice, il ressort que la possibilité d’ester en justice pour faire rétablir une vérité ou faire réparer des préjudices subis, par une personne qui se serait estimée lésée, par  des propos répréhensibles ou choquants d'un journaliste; ne suffit plus à cette institution, qui s’est autorisée, avec l'aval putatif du pouvoir, à suspendre des quotidiens  à paraître et des journalistes à exercer.  


Comment ne pas alors comprendre, la tendance des journalistes et des patrons de presse à se rebiffer, au point même de rengainer leur plume.


Matériellement, il n’y a peut-être pas d’arrestations arbitraires ou de brimades notoires de journalistes, mais la pression est pourtant là, plus que jamais présente, tel le couperet de  la guillotine prêt à tomber sur le coup du condamné, dès la coupure du cordon de retenu.

 

Al trickyAl Tricky !

 

 

 

 

new mini logo

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’