larevue2analck

larevue2analck

"Parce que vous ne pensez pas pareil que nous"


|PLAIDOYER POUR UN BENIN REVELE

Publié par La revue2analck sur 22 Mai 2017, 09:57am

Catégories : #Les chroniques 2 la revue

|PLAIDOYER POUR UN BENIN REVELE

L'engagement massif que nécessite un projet comme le PAG n'est pas au rendez-vous. Mieux, certaines forces, pour des raisons particulières, qui n'ont rien à voir avec l'intérêt général, se plairaient même; à travailler contre un tel projet.

Aucun régime en moins d'un an de gestion n'est en mesure de répondre de tout un quinquennat, il faut prendre le temps de mettre les choses en route et de les laisser s'imposer dans le temps; afin que les résultats de leur mise en œuvre puisse sauter aux yeux de tous, mais pour cela il faudrait impérativement donner au gouvernement en charge et à l'action ; les moyens de pouvoir faire sans être entravé ou empêché, simplement pour des raisons de règlements de comptes politiciens ou pour pouvoir se gauser de l'échec que pourrait connaître le gouvernement dans son entreprise. 

Et le peuple pendant ce temps ?

À quel saint est-il voué? 

Alors même que les uns en son nom essaient de faire ,  les autres , soit disant toujours en son nom, mais manifestement pour des raisons qui leurs sont propres, s'appliqueraient à défaire ou à empêcher de faire.

On ne peut pas ; que dis-je?  On ne doit pas travailler à faire échouer l'autre, simplement parce que l'on a soi même échoué.

Agir ainsi reviendrait​ à appliquer la pire des politiques; puisqu'au final rien ne bouge, puisqu'on fini toujours par tout recommencer. De fait on s'installe dans un cycle infernal de stagnation globale tandis qu'à chaque fois des fonds colossaux continueront d'etre engagé, encore et encore.

Il est impensable alors même qu'agir politiquement revient à changer les choses , qu'un modus vivendi ne puisse être en mesure d'être trouvé; au delà des contradictions existant entre les différentes lignes​ politiques​ que défend chaque acteur politique.

C'est pourtant à priori; la chose la plus aisée; qui devrait être en mesure d'être atteinte, puisque le dénominateur commun de toute action politique et peu importe le bord politique dont on se revendique; c'est avant tout le bien être quotidien des populations.

Une force d'opposition, avérée ou non ; assumée ou non ne peut pas limiter sa survie politique, exclusivement  sur son appréciation, systématiquement négative, de  toutes actions entreprises par le gouvernement.

Toute force politique d'opposition, digne du nom, en même temps qu'elle se doit d'être proactive dans son rôle dans le débat politique national, doit pouvoir se garder de nuire à tout projet qui pourrait relever, plus que tout de l'intérêt national.

Tout comme le pouvoir ne saurait ignorer que du haut de son piédestal; il devra parfois descendre, car rien ne prospère durablement ; lorsque les personnes ou les institutions avec lesquelles on est censé faire ensemble, sont traitées avec condescendance ; à défaut d'être considérée​s comme si elles ne comptaient pas ; ou alors n'existaient même pas.

Il ne doit pas non plus donner l'impression qu'il n'y en a que pour lui et  pour les privilégiés​ qui en sont  l'incarnation. Agir ainsi ne peut que contribuer à nourrir la haine de quelques esprits fielleux 

Au delà de la force exécutoire qui demeure sienne; le pouvoir ne doit pas ignorer que ménager ou même faire semblant de ménager certaines susceptibilités; peut se révéler bien plus efficace à bien des niveaux.

L'abnégation  et l'entrain _ on le voit et personne ne saurait le nier _ dont le pouvoir se fait fort pour susciter et engager des capitaux étrangers sur les projets, doit pouvoir, dans une certaine mesure _ ne serait-ce par la dimension humaine_ être la même à l'égard de toute force inclusive nécessaire ou participante.


Il ne suffira pas de se satisfaire de  l'idée que l'action entreprise est assez positive dans sa perspective; pour  espérer qu'elle s'imposera d'elle même. Il faudra impérativement faire avec tous ceux qui de fait ou non se trouveront impliqués, dans sa mise en œuvre.

Il ne s'agit pas non plus, pour tous les acteurs politiques impliqués de subitement devenir "amis comme cochon"; ça n'est pas là, loin s'en faut, le but de mon propos.

Mais de trouver en eux comme un supplément d'âme national; assez fort pour créer une sorte de franchise nationale autour d'un projet qui représente un réel intérêt pour la nation béninoise.


Quant aux populations; caution suprême; au nom desquelles le pire comme le meilleur sera possible; elles devront plus que jamais savoir parfois s'affranchir, des zélateurs prêts à leur servir n'importe quelle soupe, pour avoir leur adhésion.

L'enjeu dont il s'agit est assez important et dépasse tous les   clivages qui voudront en son nom, se prévaloir. Ne nous leurrons point, l'échec des uns sera toujours celui des autres et par dessus tout l'échec du Bénin.


Al Tricky !

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents

’’Les opinions émises sur ce blog n’engagent que leurs auteurs, rien que leurs auteurs’’